Le budget de l’Education pour l’année 2019-2020 s’élève à Rs 17,1 milliards. Ce qui représente une légère baisse par rapport à l’année dernière, où il était question de Rs 17,2 mds. Parmi les mesures phares annoncées, citons l’extension de la distribution des tablettes aux élèves de grade 4, des travaux d’infrastructures pour mieux accueillir les enfants avec handicap, une académie pour la formation des enseignants et la mise sur pied d’un centre moderne pour la formation professionnelle, entre autres.

L’Education gratuite au niveau tertiaire profite actuellement à 20 000 étudiants. Afin de permettre à plus de jeunes d’accéder aux études tertiaires, le gouvernement a prévu un budget de Rs 600 millions pour cela. Pour accompagner la réforme de l’Education, enclenchée depuis trois ans, le gouvernement financera le programme The Leader In Me dans 20 collèges, à l’intention des élèves de grade 7 (Form I). L’objectif étant de permettre aux jeunes de développer les compétences sociales nécessaires et apprendre à gérer leurs émotions, afin de mieux se concentrer sur leurs études. Concernant l’utilisation des tablettes au primaire, après les grades 2 et 3, les élèves de grade 4 auront droit à cet outil informatique. Le gouvernement investira également dans l’Education spécialisée, afin de mieux favoriser l’inclusion des enfants en situation de handicap. La Special Education Needs Authority sera ainsi rehaussée, avec plus de moyens. Une somme de Rs 138 M est ainsi prévue pour la subvention des écoles spécialisées gérées par les organisations non-gouvernementales.

Par ailleurs, des rampes et des toilettes adaptées seront construites dans 20 collèges d’État, afin de mieux faciliter l’accès aux enfants handicapés. Une somme supplémentaire de Rs 10 M, sous le National CSR Foundation sera aussi injectée afin de créer une Fortified Learning Environment Unit, concept introduit afin de mieux encadrer les enfants vulnérables pour qu’ils améliorent leurs performances. Dans ce même contexte, une enveloppe de Rs 50 M est prévue pour la rénovation de 50 écoles primaires en régions défavorisées. Les ONG apporteront leur collaboration pour mieux répondre aux besoins des enfants. Au secondaire, une somme de Rs 20 M est prévue pour un accompagnement spécialisé des étudiants dans « l’extended programme ». Une fois de plus, les ONG seront appelées à apporter leur contribution. Dans le même ordre  d’idées, les enseignants de l’ancienne filière prévocationnelle auront la possibilité de suivre des cours au Mauritius Institute of Education, afin de rehausser leur formation et leur permettre d’intégrer le mainstream. Pour ce qui est de la formation professionnelle, un centre moderne du MITD sera construit à Beau-Vallon, Mahébourg, au coût de Rs 219 M. Un Skills Development Authority, agissant comme un régulateur indépendant, incluant le Quality Assurance sera mise sur pied pour le secteur de la formation professionnelle et technique (TVET). Au niveau des infrastructures, le gouvernement prévoit la construction et la rénovation de huit écoles primaires, six salles polyvalentes, quatre terrains de jeu, trois nouveaux « science blocks » dans les collèges, ainsi que des salles spécialisées pour l’enseignement de Food and Textile Studies, ainsi que le Design Technology. Pour mieux répondre aux difficultés auxquelles font face les collèges, le gouvernement prévoit le recrutement de huit psychologues supplémentaires, six social workers, ainsi que 34 Discipline Masters. Le gouvernement envisage également la création d’un Education Hub, avec une académie pour la formation des enseignants à Côte d’Or. Le MIE et l’Université de Technologie y auront également leurs locaux. En attendant la construction de ce complexe éducatif, l’académie pour les enseignants sera aménagée dans le centre polytechnique de Montagne Blanche.

Au niveau tertiaire, en lien avec la nouvelle loi pour la mise sur pied d’un Mauritius Research and Innovation Council, un National Innovation and Research Fund sera mis sur pied. Une somme initiale de Rs 100 M y sera ainsi injectée. Le secteur privé y apportera sa contribution, tout comme un tirage du loto spécial dédié à la bonne cause. Afin de promouvoir l’innovation, l’Université des Mascareignes, en collaboration avec l’Université de Limoges, offrira des cours de niveau master en intelligence artificielle et robotique. De même, le HRDC offrira une formation de six mois en Intelligence artificielle sous le Skills Development Programme pour 100 étudiants, avec la collaboration des universités locales et des experts internationaux. Afin d’attirer les compétences, le gouvernement prévoit également d’introduire un « post study work visa », afin de permettre aux étudiants de travailler durant trois ans, après leurs études. Les secteurs concernés sont l’informatique, l’intelligence artificielle, Fintech et biotechnologie. De même, le recrutement de chargés de cours internationaux est prévu sous le Recruitment of International Faculty Scheme.

Afin de soutenir les enfants issus de familles démunies à avoir accès à internet, le gouvernement prévoit, en collaboration avec Mauritius Telecom, d’accorder une connexion à 11 000 familles figurant dans le registre social. Ce qui permettra de combler le « digital divide ». D’autre part, Business Mauritius lancera un National Skills Matching Platform, afin de renforcer l’employabilité des jeunes. Un projet pilote sera lancé pour le secteur du tourisme et d’autres suivront par la suite. La formation sera financée par un National Training Fund, avec le concours du secteur privé. Dans le même ordre d’idées, Business Mauritius lancera un Espace des Métiers pour ceux ayant complété le National Apprenticeship Programme. Il s’agira surtout de les encadrer au niveau de l’entreprenariat et de les mettre en réseau. Dans la foulée, le nombre d’entreprises sous ce programme passera de 23 à 30.