Avec le démarrage de la campagne pour les élections municipales, les marchands ambulants ont effectué un retour dans le périmètre de 500 mètres autour du Marché central et à des points commercialement névralgiques de la capitale. Cette situation, qui est présentée comme un cas de « bribe électoral » venant de l’Alliance Ptr/PMSD, est en nette contradiction avec l’accord intervenu entre, d’une part, la Market Traders Association et la Taxi Proprietors’ Union et, d’autre part, la municipalité de Port-Louis devant la Mediation Court de la Cour suprême en date du 16 août dernier. Les propriétaires de magasins lésés par les activités illégales des marchands ambulants et les propriétaires de taxi montent en cette fin de semaine une contre-offensive légale pour le respect des dispositions de cet accord.
Dans une demande d’injonction logée par Me Jaykart Gujadhur, avoué, la Market Traders Association et la Taxi Proprietors’ Union réclament l’évacuation immédiate de ces marchands ambulants par la municipalité de Port-Louis et le commissaire de police. Dans le document légal déposé en Cour suprême, de graves accusations sont portées contre le gouvernement en cette période de campagne électorale pour les municipales à l’effet que le commissaire de police et des officiers du conseil municipal ne veillent plus à ce que soit respectée cette interdiction d’opérer dans ce périmètre déterminé autour du Marché Central et dans une série de rues de la capitale.
« Following representations made by the Prime Minister, the Deputy Prime Minister and the Vice Prime Minister and the Minister of Public Infrastructure, the officers of the City Council of Port-Louis and the Commissioner of Police are no longer implementing the agreement », peut-on lire au paragraphe de l’affidavit rédigé par les soins de Me Gujadhur.
Plus loin, les accusations se font plus graves contre les dirigeants de l’Alliance gouvernementale engagés dans la campagne pour les élections municipales du dimanche 9 décembre prochain. « As a result of the failure of the City Council of Port-Louis and of the Commissioner of Police, through their respective officers and this at the behest of the Prime Minister, the Deputy Prime Minister and the Vice-Prime Minister and Minister of Public Infrastructure, with a view to obtaining and gaining votes from the said hawkers during the forthcoming municipal elections for the political party of the Prime Minister, the said hawkers, whether licenced or unlicenced, are operating their unlawful trades with impunity within the said 500 metres radius from the Central Market of Port-Louis around the areas mentioned », souligne l’affidavit exigeant le respect de l’accord du 16 août de cette année et le nettoyage des régions identifiées de ces activités illégales.