Intervenant hier soir à la Salle des fêtes de la municipalité de Quatre-Bornes à l’ouverture de la fête de fin d’année de la Régionale de Belle-Rose/Quatre-Bornes (N°18), le leader du MMM, Paul Bérenger, s’est alarmé de la détérioration de nos institutions et a par conséquent exhorté les responsables à y remédier. Il a cité nommément le judiciaire, le DPP, la Commission électorale et le Speaker.
« Mo swete ki an set fin dane, seki tou dimoun pran letan de lareflexsyon pou get depi 2005 ki manier nou bann institisyon an zeneral finn evolie… ek sirtou ki bann deteriorasyon ki finn ena, ek donc ki bann aksyon ki bizin pran pou redress lasitiasyon », a lancé Paul Bérenger dans son message à environ 200 militants de la Régionale MMM de Belle-Rose/Quatre-Bornes, réunis dans la Salle des fêtes de la municipalité de Quatre-Bornes, pour leur fête de fin d’année.
Dans ce contexte, le leader du MMM a cité nommément le judiciaire, le DPP, la Commission électorale et le Speaker.
Du judiciaire, Paul Bérenger a expliqué que le jugement du Privy Council de Londres dans l’affaire de Robert Lesage contre la MCB est « un véritable avertissement pour notre judiciaire ».
Du DPP, l’orateur dira qui « mo pe swiv de pre konportman DPP se dernie tan ».
De la Commission électorale, Paul Bérenger a lancé : « Nou pa satisfe de so performans a lokasyon de sa eleksyon minisipal-la. »
Et du Speaker : « Le Speaker finn konpletma diskalifie li bien bien vit… Zame mo ti panse ki Razack Peeroo ti pou diskalifie-li kom Speaker an lespas de kelke sittings, de kelke seans ! »
Paul Bérenger a promis qu’il reviendra sur « toutes ces questions » durant 2013.
Auparavant dans son discours, le leader du MMM n’a pas manqué d’évoquer les diverses « affaires » qui ont défrayé la chronique ces derniers temps.
D’abord « l’affaire Nandanee Soornack ». « Cette affaire est l’illustration de l’arrogance du pouvoir… de ce que le ridicule peut être en politique. » Selon l’orateur, Navin Ramgoolam s’est ridiculisé dans cette affaire. Il a dénoncé la « dominer » dont ont été victimes les trois policiers qui se sont occupés de ce dossier. Paul Bérenger a promis de revenir à la charge concernant ce dossier. « Mo pa pou larg li (ndlr : Navin Ramgoolam) … Sa trwa polisie ki finn victimize-la… Bann dominer ki zot inn fer… Bann akizasyon ki Ramgoolam inn porte a la lezer… Mo pa pou large li pli divan ! »
Autre affaire évoquée : « L’affaire de la sédition. » « Zot ti pou ferm Pravind Jugnauth si nou pa ti lev ar zot », a-t-il tempêté. Il a expliqué que le droit à la vie et à la liberté individuelle est garanti par la Constitution et la loi en générale. « Bizin aret aret dimounn kouma dir enn badinaz… Bizin aret abiz bann Provisional Charges … Sa zistwar lapolis ek l’ICAC nek met akizasyon proviswar lor dimoun, ferm zot, kouma dir ki se zot ki proprieter liberte individwel dimoun, bizin aret… Me enough is enough… », s’est-il écrié. Il a promis de « légiférer en temps et lieux » contre cette pratique.
Commentant les résultats du MMM-MSM aux dernières élections municipales, Paul Bérenger a affirmé qu’ils constituent « un véritable tremblement de terre politique pour le Ptr-PMSD ». « Le Ptr, nepli sa Ptr de bann tribuns de 1936, Dr Curé, Pandit Sahadeo, Emmanuel Anquetil, Guy Rozemond, Renganaden Seeneevassen… Ptr zordi finn vinn enn pouriti infek », s’est-il indigné.
« À Quatre-Bornes, Xavier-Luc Duval ek Nita Deerpalsing finn zwenn zot lagar… Zot inn fini politikma ! », a-t-il commenté.