Une cinquantaine de membres du corps arbitral mauricien participent, du 18 au 22 avril à la Football House, au FIFA Elite Referees and Assessors Course 2012 codirigé par le Sud-Africain Carlos Henriques et le Mauricien Alain Lim Kee Cheong.
Le président de la Mauritius Football Association (MFA) pour les affaires étrangères, Vinod Persunnoo, a ouvert hier après-midi ce séminaire. « C’est un honneur pour les arbitres mauriciens de bénéficier d’une telle formation », a-t-il estimé. Plusieurs membres du comité directeur de la MFA, notamment le président des affaires locales Samir Sobha, de la commission d’arbitrage et du secrétariat de la MFA étaient présents à cette occasion.
Vinod Persunnoo a d’emblée remercié le délégué de la FIFA Carlos Henriques, FIFA Referee Development Officer Southern Africa, et Alain Lim Kee Chong, instructeur auprès de la FIFA, pour leur présence et aussi pour leur dévouement à faire progresser l’arbitrage mauricien sous toutes ses formes à travers ce séminaire. Il a aussi salué au passage Rooben Armoogum, Planning and Development Officer de la MFA, pour son rôle dans l’obtention de ce séminaire.
« Il ne fait pas de doute, ce séminaire va vous aider à progresser. Une fois cette formation terminée, vous aurez une autre perception de l’arbitrage. Le progrès passe par l’effort. La FIFA et la CAF misent beaucoup sur la qualité de l’arbitrage. Les chances d’aller exercer au niveau africain et mondial dépendent des compétences et de vos responsabilités », a dit Vinod Persunnoo aux participants.
Il a reconnu que sans arbitres il serait impossible d’organiser des matches, et a saisi l’occasion pour demander aux officiels de faire preuve de rigueur durant les rencontres. « Vous avez la chance de bénéficier de ce stage d’élite. J’espère que vous allez faire honneur à Maurice, comme cela a toujours été le cas, lorsque vous serez sollicités pour officier à l’étranger », a-t-il soutenu.
« Cela me fait très plaisir de vous revoir après des mois. C’est un honneur de pouvoir vous dispenser ce cours en tant que Mauricien car auparavant les instructeurs locaux n’étaient pas autorisés à exercer dans leur pays. Mais la FIFA a revu certains règlements. Ce que je peux vous dire c’est que l’arbitrage doit être une vocation et aussi une passion. il faut des sacrifices pour le faire », a souligné Alain Lim Kee Cheong, qui a demandé aux assesseurs d’accorder une attention particulière lorsqu’ils notent les arbitres et arbitres-assistants durant des matches. « Leurs chances sont entre vos mains », a-t-il ajouté.
« Je retourne à Maurice pour une formation après quatre ans. Je suis heureux de constater qu’il existe toujours un dynamisme au niveau de l’arbitrage chez vous, avec maintenant des arbitres féminins. Maurice est un petit pays mais est très reconnu dans le domaine de l’arbitrage. Le travail bien fait finit toujours par payer. Vos objectifs de devenir des arbitres internationaux ne se matérialiseront qu’au travers des efforts continus », a indiqué Carlos Henriques.
Lors de leur formation, les arbitres et arbitres-assistants auront un fitness test à passer, sans compter d’autres exercices physiques. Ils auront aussi des analyses à faire à travers des séances vidéo.