« Ena dir ki zot admir Greta alor ki zot mem pa kapav ekout zot bann zenn de zot prop pei ou implimant bann aksion neseser fas a sanzman klimatik ek destruktion lenvironman », a déploré Shaama Sandooyea, porte-parole du mouvement Fridays for Future à Maurice, lors de la manifestation de ce vendredi 27 septembre.

Durant vingt-neuf vendredis, des jeunes se sont réunis au Jardin de la Compagnie pour faire entre leurs voix dans le combat pour le climat, et ainsi envoyer un signal fort au gouvernement.

« Nous avons contacté le gouvernement mais toujours pas de retour. Nous avons également contacté le secteur privé et les autres partis politiques. Il y a eu des retours positifs mais nous ne voulons pas de fausses promesses. Nous voulons des actions concrètes de leur part », a lancé Keyla Kauppaymuthoo.

Pancartes en mains, ils sont plusieurs à avoir manifesté de nouveau vendredi dans les rues de Port-Louis, pour ainsi montrer que la lutte se poursuit. De même que pour tenter d’interpeller les consciences concernant le dérèglement climatique.

Pour rappel, des milliers de jeunes ont commencé à se mobiliser les vendredis dans plusieurs pays pour sensibiliser les responsables politiques aux dérèglements climatiques, répondant à l’appel lancé par la Suédoise Greta Thunberg et des associations écologistes.

« C’est notre île, et j’aimerai dire aux jeunes de venir se mobiliser. Si ce n’est pas nous qui allons le faire, qui va le faire ? Ça commence par nous », a fait ressortir Ellekana René, une des manifestantes.