Il est des limites que même l’impudeur ne devrait dépasser.
La déclaration du Premier ministre faite à Rodrigues, selon laquelle les critiques le laissent indifférent [kouma dilo lor bred sonz, qu’il a dit], semble avoir été le signal de départ pour l’accélération du dépeçage, comme par des vautours, d’une Maurice dont son gouvernement a fait en moins d’une année une carcasse, et de l’accaparement vorace des postes des institutions publiques par les ministres et autres députés de Sir Anerood Jugnauth.
Il y avait déjà l’époux d’une ministre, le père d’un autre ministre, ledit père déjà deux ou trois fois à la retraite, le fils d’un autre ministre, la copine d’un autre ministre encore, celle-ci nommée à deux postes, la brigade de very very senior citizens de Vishnu Lutchmeenaraidoo [dont certains, si l’on en croit les on-dit, venaient au bureau à Port-Louis en hiver en pantoufles et avec une bouillotte], et encore Dieu sait combien de parents et proches de Lepep à d’autres postes bien rémunérés ainsi que sur des conseils d’administration, tous  semblables à ce « tourne-casaque » de la dernière heure nommé à la State Bank of Mauritius et qui disait, de manière à presque nous arracher des larmes, qu’il perçoit moins d’un modeste demi-million de roupies par mois… pour un travail à temps partiel.
Et comme dans un mauvais feuilleton, il y eut le deuxième épisode tout aussi sordide – le recrutement par le ministère d’Anil Gayan of méthadone fame d’une soixantaine de médecins, dont encore des fils, filles, parents et proches des ministres et députés Lepep. Et Anerood Jugnauth, fidèle au bred sonz, soutient inconditionnellement son ministre de la santé.  
Et le dernier [du moins en date] épisode est le recrutement de la fille de Madame Maya Hanoomanjee au poste de CEO de la SPDC. Madame Hanoomanjee a affirmé que ce recrutement a été fait uniquement sur la base du mérite de sa fille. Cela ne sent-il pas le recrutement politiquement motivé à mille lieues à la ronde, Madame ? Tout le monde le sait. Mais que tout le monde le sache vous laisse de marbre.
Entretemps, Maurice s’appauvrit au rythme des rêves pseudo-économiques de Lutchmeenaraidoo. Les prévisions de croissance du Ministre de Finances ne sont que du vent, religieusement distillé par une MBC devenue le paillasson de Badhain et compères. Le déficit budgétaire sera nettement plus élevé que les prévisions et la dette publique en pourcentage du PNB sera nettement plus lourde. Les investissements sont en chute libre. Et le Premier ministre et ses ministres nous leurrent avec leurs pseudo-projets tels que Dubai s’intéresse à notre port, l’Arabie Saoudite s’intéresse à notre port franc, le Protocole d’Accord signé avec l’aéroport de Changi va faire exploser le trafic de l’aéroport SSR et fera de Maurice un hub pour l’Afrique – tous des impossibilités mathématiques. Et il le sait pertinemment.
Entretemps, le chômage s’accroit de jour en jour non seulement parce qu’il n’y a pas de création d’emplois, mais surtout parce que le gouvernement Lepep licencie à tour de bras – le démantèlement de la BAI qui a coûté des milliers d’emplois chez Courts, Iframac, Apollo, Bramer et des sous-traitants, les licenciements chez Airmate, aux Casinos de Maurice, dans plusieurs corps paraétatiques ainsi que dans des collectivités locales. Beaucoup de PME ferment et des grandes entreprises réduisent leur personnel. Et le savant Bhadain qui décrétait récemment que Maurice ne connaît pas de problème de chômage, et le docte Soodhun qui a annoncé qu’en août 2016, chaque Mauricien aura deux emplois, et Lutchmeenaraidoo qui disait il y a peu que le plein-emploi ‘’commencera’’ en 2016, avant de se corriger deux jours après pour dire que ce miracle s’accomplira en 2017. Et la dernière déclaration sur le thème du chômage – celle du Premier ministre lui-même – qui annonce le plein-emploi pour 2020.  La cacophonie de l’ignorance et de l’arrogance érigées en système de gouvernement devient de jour en jour plus assourdissante. Et entretemps, les fils, filles, cousins, cousines, copains et copines des ministres et députés Lepep sont recrutés, nommés, placés, choyés. Le peuple proteste, crie au scandale, demande des comptes, le clan Lepep s’en fout totalement. Et c’est cela l’impudeur.
Monsieur le Ministre de la Good Governance et de tant d’autres choses, vous qui vous apprêtez à introduire votre projet de loi dit Good Governance and Integrity Reporting Bill, vous qui semblez être le nettoyeur en chef, auriez-vous quelque chose à dire sur ces recrutements des enfants et autres de vos amis d’un côté et ces licenciements massifs affectant le petit peuple de l’autre ? Ah, j’oubliais que vous annoncez encore d’autres licenciements quand vous déclarez que bien de corps paraétatiques sont maintenant vétustes.
Entretemps, Maurice se flétrit et se meurt. Never mind, the carcass for the clan. L’impudeur a dépassé les limites.