Le vice-Premier ministre et ministre du Logement, l’un des plus fidèles lieutenants du clan Jugnauth, Showkutally Soodhun, a pris la porte de sortie hier.  Face à l’indignation et la colère, provoquées par les propos relevant de la sédition attribués au président du MSM lors d’une rencontre en juillet dernier avec des habitants de Bassin, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a annoncé à la presse, hier en début de soirée que le principal concerné a pris la décision de “step down” en tant que vice-Premier ministre et ministre du Logement le temps que durera l’enquête de la police dans cette affaire. Force est de constater qu’après la réunion du conseil des ministres d’hier matin, Pravind Jugnauth avait pris la décision, dans le cadre d’une série de consultations, de recevoir l’évêque de Port-Louis, le cardinal Maurice Piat, à son bureau, en vue de passer en revue la situation dans le sillage de cet enregistrement compromettant mettant en cause un des Senior Ministers du gouvernement.
Le dénouement d’hier soir vient alléger en quelque sorte la pression sur le gouvernement car le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, et les autres factions de l’opposition parlementaire, dont le parti Travailliste et le MMM, se préparaient à une offensive politique, mardi prochain, à l’Assemblée nationale, au cas où Showkutally Soodhun, était maintenue en poste. Xavier-Luc Duval avait déjà signifié son intention de venir de l’avant avec une Private Notice Question contre le N° 4 du gouvernement en ajoutant que « j’avais démissionné du gouvernement Jugnauth en 1995 dans l’affaire démon. Mais les propos prononcés par Soodhun sont encore plus graves que cette dernière affaire ».
Du côté du MMM, le leader Paul Bérenger axera le point de presse hebdomadaire sur le cas de cette nouvelle démission de ministres, le quatrième de la série, si l’on exclut les cas de Lutchmeenaraidoo et de sir Anerood Jugnauth, pour cause d’affaires compromettantes. Entre-temps, le MMM compte revenir à la charge sur le plan politique pour réclamer la démission du gouvernement et la tenue d’élections générales anticipées.
D’autre part, Pravind Jugnauth devrait durant le week-end peaufiner des consultations en vue de mettre au point un nouvel exercice de Ministerial Musical Chair. Dans cette perspective, Fazila Daureeawoo, qui occupe le ministère de l’Egalité des Genres, est promise à une promotion au sein de la hiérarchie gouvernementale. Une autre parlementaire du MSM, qui devrait voir son étoile briller, devrait être Roubina Jadoo-Jaunbocus alors que le transfuge Zouberr Joomaye détiendrait les cartes nécessaires pour de nouvelles fonctions constitutionnelles au sein du gouvernement. Anwar Husnoo, ministre de la Santé, pourrait également tirer les marrons du feu lors de ce mini-remaniement en gestation.
Lors du point de presse d’hier soir, le Premier ministre a fait comprendre que l’affaire Soodhun avait été évoquée au conseil des ministres, hier matin, et qu’il avait rencontré le principal intéressé par la suite. « Je dois dire que, lors de nos discussions, nous étions sur la même longueur d’onde. L’enquête policière continue. Je rassure tous les Mauriciens sur le fait que nous avons toujours placé le pays en premier et que je veillerai à ce que l’unité nationale, l’harmonie sociale, non seulement soient préservées mais consolidées », a-t-il dit.
Le Premier ministre n’a toutefois pas donné de précisions sur le remplaçant du ministre Soodhun, qui devait quitter le pays hier dans la soirée à bord du vol d’Emirates Airlines.
« État de droit »
Le Premier ministre est revenu sur la genèse de cette affaire.  « J’ai été à l’écoute et j’ai demandé par la suite à ce que la police fasse une enquête sur cet enregistrement», a-t-il dit avant de rappeler que « Maurice est un État de droit » et qu’il est de son devoir de respecter les procédures. « J’ai une manière de faire. Il y a eu un conseil des ministres ce matin et ces questions ont été évoquées à ce niveau », a-t-il poursuivi avant d’expliquer avoir, par la suite, rencontré Showkutally Soodhun. Après discussions, dit-il encore, tous deux ont convenu qu’il serait mieux que le principal intéressé « step-down » comme vice-Premier ministre et ministre des Terres et du Logement « dans l’intérêt national » et en attendant la fin de l’enquête policière. Pravind Jugnauth a également insisté sur l’attachement de son gouvernement et de lui-même « à la préservation de l’unité nationale ». Dans le même souffle, il a lancé un appel « à ceux qui versent de l’huile sur le feu » pour qu’ils « se ressaisissent » et « ne fassent rien faire pour envenimer les choses, car rien n’est plus important que la paix dans le pays ».
Interrogé par la presse, le Premier ministre a fait comprendre qu’il n’a pas encore pris de décision concernant le remplaçant de Showkutally Soodhun à la suite de sa rencontre avec Mgr Maurice Piat. Il a affirmé que, depuis mardi, soit depuis qu’il a pris connaissance de l’enregistrement, il a été en contact avec Showkatally Soodhun. Cependant, il dit aussi son intention de «laisser l’enquête suivre son cours», avançant qu’il prendra une décision finale « à la lumière des conclusions » de cette enquête.
« Délit criminel…»
À la question de savoir quel était l’intérêt de l’enquête dans la mesure où il a eu l’occasion d’entendre personnellement l’enregistrement, Pravind Jugnauth a expliqué que la police « doit en premier lieu établir l’authenticité de cet enregistrement ». Sans compter, dit-il, qu’il ne veut pas « passer pour un juge ». S’agissant des propos de certains ministres concernant la responsabilité de ceux ayant diffusé ledit enregistrement, le Premier ministre a répliqué qu’il « reviendra à la police d’établir si cela peut devenir un délit criminel ». Et de poursuivre : « C’est l’enquête qui doit déterminer si cette démarche aurait pu donner lieu à des troubles d’ordre racial. » Selon Pravind Jugnauth, « de toutes les façons, il reviendra au DPP de déterminer, en toute indépendance, s’il doit ou non y avoir des poursuites ». Et d’observer qu’à la suite des menaces proférées contre le leader de l’opposition par Showkutally Soodhun, « le DPP a demandé qu’il soit poursuivi ». S’agissant de l’allocation des maisons de la NHDC, Pravind Jugnauth a rappelé qu’il y a « des critères bien définis » à respecter.
Toujours répondant à la presse, le Premier ministre a dit son intention de « sévir contre tous ceux qui mettent en danger le tissu national, quelle que soit leur appartenance politique ». À la question de savoir s’il a consulté le ministre mentor, qui est proche de Showkutally Soodhun, Pravind Jugnauth a rétorqué que c’est lui le Premier ministre et qu’il prend ses responsabilités. Il a toutefois tenu à faire remarquer qu’il est lui-même « très proche » de Showkutally Soodhun, « qui est un compagnon d’arme au sein du MSM depuis des années ». Cependant, malgré ses relations d’amitié, il dit aussi devoir « prendre les décisions qu’il faut ».  
Invité à préciser s’il parlait de la GRA lorsqu’il parlait plus tôt des « institutions », Pravind Jugnauth a répondu qu’il parlait de « toutes les institutions, y compris la GRA », ajoutant pour conclure être « guidé par des principes ».
Pursun confirme les propos de Soodhun
Vivek Pursun, habitant de Quatre-Bornes, et également un des protagonistes présents lors de la réunion au bureau du ministère du Logement et des Terres, le 17 juillet 2017, a confirmé à la police les propos relevant de la sédition tenus par le vice-Premier ministre, Showkutally Soodhun.
Le candidat à la partielle au N°18 (Belle-Rose/Quatre Bornes) sous la bannière du Mauritius National Congress (MNC), Vivek Pursun, était convoqué par le Central Criminal Investigation Department (CCID) depuis jeudi, après qu’une équipe des Casernes centrales ait débarqué chez lui. Comme il avait toutefois des engagements personnels, Vivek Pursun avait pris rendez-vous pour hier après-midi afin de donner sa version des faits.
Les limiers du Central CID ont visionné en compagnie du témoin l’enregistrement dans lequel le numéro 4 du gouvernement tient des propos incriminés. Vivek Pursun a confirmé l’authenticité de cet enregistrement. Les hommes de l’ACP Devanand Reekoye lui ont alors demandé des éclaircissements sur l’auteur de cette bande. Mais, il n’a pas souhaité s’étaler sur ce sujet. Le leader du MNC est revenu sur la fameuse réunion du 17 juillet 2017 et a confirmé qu’il faisait partie d’un groupe de protestataires voulant obtenir des éclaircissements sur la construction des maisons de la NHDC à la route Bassin, Quatre-Bornes.
« A enn moman, komite ti houleux. Diskision inn koumans leve. Se la ki minis Soodhun inn rasir bann abitan Bassin ki 90% dimounn ki pou vinn dan sa bann lakaz la, se X kominote. Kominte Y pou ena 0%, alor ki leres 10% pou melanze. Li dir ki pa pou ena oken XXXX site ki pou gagn lakaz laba pou ki zot pas amenn prostitue », a fait ressortir Vivek Pursun. Il a ajouté que le ministre Showkutally Soodhun leur a demandé de lui donner les noms des habitants de la localité qui sont en quête d’une maison, afin de faciliter leurs démarches.
« Komite ti houleux »
Le leader du MNC a précisé, en ce qui concerne l’allocation des maisons de la NHDC, que les habitants voulaient seulement s’assurer que leur localité restera un lieu paisible, et que des squatters de la région de Quatre-Bornes aient priorité sur les autres.
Par ailleurs, ce témoin a déclaré que le VPM a commencé à leur parler d’Agaléga. « Nou pa’nn evok sa size-la avek li. Li’nn koumans dir ki gouvernman ena lintansion konstrir lieux de culte laba. Nou pa’nn konpran ki so itilite, akoz pena boukou dimounn ki res laba. Nou’nn demann li si bann solda Indien ki pou vinn res dan lil ». Mais il dit n’avoir pas reçu d’éclaircissements à ce sujet. Le groupe n’a pas insisté, car leur priorité était les maisons de la NHDC.
Profitant de l’occasion, ce témoin a consigné une “precautionary measure” au CCID, et ce à la suite de la déclaration à la presse d’Ivan Collendavelloo, Deputy Prime Minister et ministre de l’Énergie, à l’occasion d’une fonction jeudi. « Le DPM Ivan Collendavelloo pa met lanfaz lor kondann propo kominal Soodhun. Li plis anvi kone ki sann-la inn filme sa?! », a-t-il dit à sa sortie des Casernes centrales.  
Nouvelle plainte contre le VPM
Une habitante de Plaisance, une certaine Georgette Abraham, a consigné une déposition contre le ministre Showkutally Soodhun, hier, pour incitation à la haine raciale. Elle estime que les propos du VPM portent atteinte à l’harmonie sociale du pays. La plaignante était assistée par Mes Rama Valayden et Anoup Goodary.