L’ancien leveur de fonte Ravi Bhollah (32 ans) a été nommé mardi dernier, entraîneur national pour une durée d’un an. ll sera assisté dans sa tâche de Gino Souprayen (1e assistant) et de Serge Calotte (2e assistant). Il aura la lourde responsabilité de préparer les haltérophiles mauriciens en vue des Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) 2015 à La Réunion. Sa nomination à ce poste suscite toutefois des zones d’ombres…
Ravi Bhollah est actuellement professeur d’éducation physique à la SSS Sodnac (filles), détenant un diplome dans le domaine avec une spécialisation en haltérophilie. Sa nomination fait suite à un rapport établi le samedi 28 septembre dernier visant à recruter un entraîneur national. Le panel était composé de trois personnes : Preetam Jhummun (desk officer de l’haltérophilie au Ministère de la Jeunesse et des Sports), Sanjaye Goboodun (représentant du Comité Olympique Mauricien) et Jean-Marie Labiera (ex Directeur Technique National d’Haltérophilie en poste à Maurice).
Ils étaient cinq à postuler pour ce poste d’entraîneur national mais trois seulement se sont présentés devant le panel. Il s’agit de Ravi Bhollah, Serge Calotte et un certain Dhurmea. C’est finalement le premier nommé qui a été désigné entraîneur national. Le candidat idéal devait à la base compter dix ans de carrière dans la discipline en tant qu’athlète. Profil qui correspond parfaitement à Ravi Bhollah. Interrogé à ce sujet, le père Poorun Bhollah ne veut en aucun cas entendre parler de favoritisme. « Certains diront que le poste est taillé sur mesure pour Ravi Bhollah mais nous ne sommes pas là pour favoriser qui que ce soit. Il ne faut pas oublier que Gino Souprayen avait assumé ce rôle en tant qu’ancien athlète. Nous travaillons uniquement pour le bien-être du sport et c’est tout ce qui compte. We mean business », fait-t-il ressortir.
Il soutient, « Je n’ai pris connaissance du rapport que mardi dernier. Ce panel a interviewé les trois candidats et Ravi Bhollah a répondu à leur convocation après la parution dans la presse d’un avis de poste vacant », souligne notre interlocuteur. À titre d’information, les candidatures avaient été ouvertes en début d’année (janvier). Par ailleurs, il ne serait que trois (Serge Calotte, José Moirt et Clency Police) à Maurice à avoir suivi une formation de haut niveau pour exercer comme entraîneur d’haltérophilie. Ravi Bhollah aura maintenant comme priorité de préparer les haltérophiles mauriciens en vue des JIOI 2015, ce qui constitue la priorité selon Poorun Bhollah.
« C’est la priorité du moment. Il faut mettre en place une équipe en vue du grand rendez-vous indianoéanique et deuxièmement, mettre en place des centres régionaux pour la détection et le recrutement de nouveux éléments pour combler l’absence d’athlètes dans les sept catégories chez les garçons et les cinq chez les filles. Ce n’est qu’après que toutes ces strutures soit mises en place que nous pourrons faire appel au service d’un Directeur Technique National. Le MJS nous avait demandé de trouver un DTN mais il faut avant tout avoir une équipe solide pour ainsi pouvoir les polir comme il se doit. C’est un travail méthodique et nous ferons le maximum pour atteindre les objectifs fixés », explique l’homme fort de la Fédération Mauricienne d’Haltérophilie (FMH), élu en juin dernier.