Le refus de l'AMH de permettre à l'USBBRH de participer à la Super League est fortement décrié. En médaillon, Philippe Boudou, président du club des villes soeurs
  • La décision de l’AMH de déléguer ses pouvoirs aux clubs pour décider du sort de la formation des villes soeurs fortement décriée et jugée d’illégale

Les équipes de l’Union Sportive Beau-Bassin/ Rose-Hill (USBBRH) n’ont pas été autorisées à participer à la Super League qui a débuté à Phoenix, hier. La raison: l’Association mauricienne de Handball (AMH) a rejeté sa demande d’engagement au championnat, arrivée après la date limite, fixée au 30 septembre à 15h.

Pour la formation des villes soeurs, cette décision n’est pas légale étant donné que la convocation de l’assemblée générale annuelle du 25 septembre dernier où cette décision avait été prise ne l’est pas également. L’USBBRH n’a d’ailleurs pas tardé à réagir en mettant le Registrar Of Associations au parfum.

Pour l’USBBRH, la décision de l’AMH de refuser leur participation à la Super League est tout simplement inacceptable et ce, pour plusieurs raisons. Pour Philippe Boudou, président du club, l’AMH a, une fois encore, pataugé dans l’illégalité en prenant cette décision. «La convocation de l’assemble générale annuelle du 25 septembre dernier était illégale et nonavenue. Et pourtant, elle a pris la décision de fixer un délai de quatre jours seulement pour les engagements des équipes. Pour nous, il est clair que toutes les décisions prises ce jour là étaient illégales. C’est pour cette raison d’ailleurs qu’on ne peut prendre en considération une décision qui pénalise notre équipe», explique-t-il.

Lire l’article au complet dans l’édition du Week-End du 13 octobre.