Pas moins de 91 écoles ont pris part au concours de cerfs-volants organisé par la compagnie Nestlé, en collaboration avec le ministère de l’Éducation et le Mauritius Institute of Education (MIE). C’est la State House qui a accueilli cet événement destiné à des écoliers de Grade V. Les participants ont dû confectionner leurs cerfs-volants avec l’aide de leurs parents et enseignants pour le concours, dont le thème était “Fruits & Vegetable for a healthy living”. Les gagnants seront connus le 29 août lors d’une cérémonie de remise de prix.

La compagnie Nestlé, principal organisateur de cette quatrième édition du Healthy Kids Programme, explique que l’objectif est de sensibiliser les enfants à une alimentation saine. « Nous avons lancé un appel à la participation mi-juillet. C’est la quatrième édition cette année. La compétition est ouverte à toutes les écoles primaires du gouvernement ainsi que celle du Service diocésain de l’éducation catholique (SDEC). Cette année, 91 écoles ont montré de l’intérêt pour la compétition », dit un membre organisateur de la compagnie Nestlé.

Le Healthy Kids Programme en est à quatrième édition. La première a eu lieu en 2016 et avait accueilli 34 écoles. « Nous avions alors lancé le programme sur une base pilote, destiné à des élèves de Grade II. Ayant été un succès phénoménal, nous sommes revenus en 2017. 66 écoles du primaire y ont participé. En 2018, nous avons accueilli 89 écoles et cette année le nombre de participants a encore augmenté », souligne notre interlocutrice.
Pour le concours de cerfs-volants cette année, les écoles pouvaient présenter deux équipes. Chaque équipe devait comprendre un minimum de quatre personnes ou un maximum de six personnes. Une équipe devait être obligatoirement constituée d’un enseignant, d’un parent, d’une fille de Grade V et d’un garçon du même Grade. Si elle souhaitait former des équipes de six, elle pouvait ajouter à la liste un autre parent et élève.

En ce qui concerne les cerfs-volants, ils devaient être confectionnés avec des matériaux recyclables comme le bambou, le papier, le tissu, entre autres. Tous les cerfs-volants devaient être fabriqués selon les critères établis et selon le thème de l’événement.
Au début de la compétition, toutes les écoles ont procédé à une parade pour présenter leurs chefs-d’œuvre. Om Varma, directeur de la MIE, a souligné que ce concours « est venu booster le Healthy Kids Programme ». De plus, il a permis d’inclure la participation des parents dans l’éducation de leur enfant. « Le samedi 3 août, nous avons organisé les préliminaires d’un concours culinaire, intitulé “Super Chef Family Contest” au siège du MIE.

Les enfants ont pu réaliser des petits plats avec leurs parents. La finale aura lieu ce samedi et le grand gagnant du concours sera connu », a déclaré Om Varma. Et d’ajouter que l’éducation holistique dans le primaire contribue au développement et à l’épanouissement des enfants. Des activités sont organisées dans lesquelles les parents, enseignants et enfants sont appelés à travailler ensemble.

Pour sa part, le président de la République par intérim, Barlen Vyapoory, a fait ressortir que l’introduction de l’éducation holistique dans le primaire est une bonne mesure. « À travers des activités, on encourage les enfants à adopter des habitudes saines, une bonne alimentation ainsi que de bonnes pratiques d’hygiène. En ce qui concerne ce concours, la confection de cerfs-volants implique des aspects environnementaux, puisque les enfants ne doivent utiliser que des matériaux recyclables. En même temps, grâce au thème de cette année, ils ont pu augmenter leurs connaissances sur la vitalité des fruits et légumes », a soutenu le chef d’État.

À la mi-journée, tous les participants ont eu l’occasion de faire voler leurs cerfs-volants dans l’arrière-cour du château du Réduit. Le coup d’envoi a été donné par le président de la République par intérim, Barlen Vyapoory, qui a fait voler un cerf-volant en forme de carambole. Puis les écoliers ont formé des groupes et ont fait voler leurs cerfs-volants. Entre joie et déception, le concours s’est déroulé dans une ambiance sereine. Si certains ne pouvaient s’empêcher d’éclater de joie en voyant leurs cerfs-volants hauts dans le ciel, d’autres étaient visiblement déçus car ils n’arrivaient pas à en faire autant. Assis sur l’herbe, d’autres participaient étaient toujours occupés à perfectionner leurs cerfs-volants ou à y ajouter une touche finale.

Ovalen Vyapooree, âgé de 10 et fréquentant la Narvis Government School à Curepipe, était accompagné de son père Alexandre Antony. Le petit était très excité à l’idée de faire voler son cerf-volant de couleur rouge, bleue et jaune dans le ciel. « Il ne manque que le vert dans mon cerf-volant », dit-il. Alexandre explique que l’école que fréquente son fils l’a informé de ce concours. Tout de suite après, père et fils se sont mis au travail pour fabriquer le plus beau et parfait cerf-volant. « C’est mon père qui m’a aidé à fabriquer mon cerf-volant. Ce n’est pas la première fois que je confectionne un cerf-volant. J’en suis à mon deuxième. Mais c’est la première fois que je prends part à une compétition de cerfs-volants. J’ai utilisé le bambou, le papier mousseline, un peu de colle et du fil en nylon », dit Ovalen.

Pour Alexandre, c’était l’occasion de revivre des moments de son enfance avec son fils. « Petit, j’ai construit beaucoup des cerfs-volants. C’était une des plus grandes activités des jeunes à l’époque. Je suis content de pouvoir partager ces moments avec mon fils », précise-t-il.

Ramalingum Savan a accompagné sa fille Snelly, en Grade V à la Pandit Sahdeo Govt School, à Vacoas. « C’est la première fois que je fabrique un cerf-volant. Papa, maman et leur ami m’ont aidé à le fabriquer. J’ai utilisé des matériaux recyclables, comme le bambou et le papier mousseline. Je suis très contente du résultat », confie l’écolière.

Pour Ramalingum, c’était l’occasion de passer un peu de temps avec la famille. « Nous sommes retournés à notre enfance. Nous avons profité de l’occasion pour raconter à notre fille comment nous fabriquions nos cerfs-volants, puis allions les faire voler dans sur des espaces verts. Les nouvelles générations ne savent que jouer sur les tablettes », dit-il.

Mathis Marcel, Kaelle Valérie, Nylan Thomas, des écoliers en Grade V à l’école RCA de Saint-Pierre étaient accompagnés de leur enseignant et d’un parent. Michael Fidele, l’enseignant, explique que tout a commencé après avoir reçu une correspondance du MIE. « J’ai demandé aux élèves de Grade V de confectionner des cerfs-volants et nous en avons choisi les meilleurs pour la compétition. Ces trois écoliers ont ramené les trois meilleurs cerfs-volants et nous sommes confiants de pouvoir faire voler haut les nôtres », dit-il.