Photo illustration

Les principaux blocs, l’Alliance Morisien (MSM-ML-Ganoo-Obeegadoo), l’Alliance Nationale (PTr-PMSD) et le MMM, qui se présentent aux élections générales du 7 novembre, amorcent une semaine cruciale dans cette campagne qui aura été relativement courte. À 11 jours du scrutin, les différents Campaign Managers qui tiennent les rênes de la machinerie pour que leur alliance ou parti respectif prennent de l’avance sur le terrain parlent d’une campagne qui progresse dans le calme et qui donne des signes favorables à leurs candidats

Ravi Yerrigadoo (Alliance Morisien) :

« Les échos sur le terrain nous sont favorables »

l À onze jours des élections générales, quelle est votre évaluation de la position de l’Alliance Morisien sur le terrain ?

En toute humilité, nous sommes très confiants d’une victoire écrasante de l’Alliance Morisien aux élections. Que ce soit au N°7 où je suis très présent ou ailleurs, les retours et l’accueil de l’électorat démontrent que celui-ci éprouve de l’admiration et du respect pour le travail abattu par Pravind Jugnauth et les candidats de l’Alliance Morisien. Et depuis la présentation de notre programme, l’enthousiasme et la confiance sont encore plus palpables. Les échos qui me parviennent à travers ceux qui labourent le terrain nous sont favorables. Nous allons ainsi continuer à aller à la rencontre des Mauriciens.

l Pourquoi, selon vous l’électorat devrait faire confiance à votre leader et non à Navin Ramgoolam (leader de l’Alliance Nationale) ou à Paul Bérenger (leader du MMM) pour être le prochain Premier ministre ?

C’est simple. Il n’y a aucune comparaison entre eux et Pravind Jugnauth. Ce dernier est un Premier ministre exceptionnel. Le peuple éclairé de Maurice saura faire la différence entre les valeurs que prônent Pravind Jugnauth et celles de Navin Ramgoolam. De son côté, Paul Bérenger, qui a construit sa carrière à partir de la lutte des travailleurs, a choisi de ne pas voter pour un projet de loi sur la réforme. D’autre part, le gouvernement de Pravind Jugnauth a un bilan sous son mandat. Par contre, pendant les deux mandats successifs de Navin Ramgoolam, le secteur de la construction, par exemple, était en décroissance. Sous le primeministership de Pravind Jugnauth, ce secteur a été en croissance continue. Il faut faire confiance à Pravind Jugnauth parce qu’il leads by example. Quand il encourage la pratique du sport, on le voit en faire lui-même. Quand il dit que le pays doit être propre, on le voit qui met la main à la pâte et va en campagne de nettoyage. De l’électeur qui va voter pour la première fois aux aînés, tout le monde sait que l’avenir du pays se trouve avec Pravind Jugnauth (ndlr : il cite des mesures annoncées dans le programme de l’Alliance Morisien).

l Quels sont les enjeux de la campagne 2019 pour l’Alliance Moricien ?

Tous ceux qui se présentent aux élections y vont pour diriger le pays. Et comme tous ceux briguent les législatives, nous nous présentons aussi pour les remporter. Tous les dirigeants de l’Alliance Moricien sont en faveur de ce pays où nous voulons vivre en paix in happiness.

l Quel a été l’investissement que vous avez consenti tant en ressources matérielles, financières et humaines pour votre campagne 2.0 et quel a été l’impact jusqu’ici ?

Tout est fait bénévolement. Tous ceux qui nous donnent un grand coup de main le font par conviction et dans un élan patriotique. Pour ce qui est de l’impact de la campagne 2.0, je ne saurais vous répondre car je ne suis pas expert en la matière.

l En 2007, pour les présidentielles françaises, Nicolas Sarkozy élu président avait pour slogan « Ensemble tout est possible. » L’Alliance Morisien s’en est inspirée avec « Ensam tou posib » ?

Je ne sais pas. Mais Ensam tou posib démontre bien que nous reflétons les valeurs des Mauriciens, que nous partageons le même état d’âme quand il s’agit de l’unité dans la diversité. Ensam tou posib c’est aussi nou mars lame dan lame pou kapav resi ensam

l Alors que les candidats sont encore obligés de décliner leur appartenance ethnique pour briguer les élections générales, votre alliance qui a pour leader un PM sortant a une appellation qui évoque le mauricianisme. Ce qui est un paradoxe, n’est-ce pas ?

Le gouvernement de Pravind Jugnauth a présenté un projet de loi sur la réforme électorale. Mais l’opposition, (c’est-à-dire ni le PMSD, le MMM et le PTr), n’a voté pour la réforme. Pour notre part, nous avions joint l’acte à la parole et fait montre de notre volonté. Aujourd’hui, nous avons la loi que nous méritons ! Nous sommes obligés de nous tenir à cela.

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal ou virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal) et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal ou virement bancaire)
S’inscrire
Log In