Le confinement à la maison se passe… comme en classe pour les élèves de plusieurs établissements. Grâce à l’internet, la télévision et la radio les cours continuent, les devoirs aussi. Les parents s’y mettent aussi pour accompagner les élèves qui restent en contact avec leurs enseignants qui, de leurs côtés non plus, ne sont pas en mode kas poz.

Rekha Gooriah : “Les enseignants nous rendent la tâche facile”

Le confinement n’est pas du repos pour Krishna Gooriah, 11 ans. « Mes enseignants envoyent les devoirs à faire sur le portable de ma maman ou l’ordinateur de mon papa », explique l’élève de Grade 6 à Le Nid Triolet. « Désormais nous avons aussi des online classes de 9h à 14h30. Nous avons deux matières par jour. » Sa mère, Rekha Gooriah, épaule son fils : « Chaque matin, après le petit déjeuner, mon fils suit le programme établi par ses profs : présence, explication, devoir, break, et ça repète… Les enseignants sont toujours là afin de nous rendre la tâche facile. » Et d’ajouter tristement : « Avec un emploi du temps déjà chargé, il n’a pas le temps de suivre les cours de la MBC. »

Rajni Guness : “Une bonne initiative”

Après plus de deux semaines sans devoirs Tevesh Guness, en Grade 7, a désormais du travail scolaire à faire. Ses enseignants ont établi un programme précis. « Mes enseignants nous envoient des notes ainsi que des homeworks via Whatsapp à partir de 9h »,  confie le collégien de Adolphe de Plevitz SSS. « Pour certaines matières, je regarde la MBC. Je m’ennuie moins ainsi et j’arrive à faire la révision. » L’ado est aidé par sa mère, Rajni, pour qui : « l’école à la maison est une bonne initiative », explique cette habitante de Goodlands et mère de deux enfants. « Pour les parents qui travaillent à la maison c’était difficile jusqu’ici. Certains sont incapables d’expliquer certaines matières. Les parents ne pourront jamais remplacer les enseignants. » Elle se dit même impressionnée quand elle pense c’est ce que font les enseignants avec les enfants tous les jours toute la semaine.

Roubina Ramasawmy “Ca fonctionne très bien”

Roubina Ramasawmy a accueilli favorablement les programmes permettant aux enfants d’apprendre à la maison. Habitante de Saint-Pierre et mère de trois fils, elle commence même à apprécier ses échanges avec son aîné, Sendillen, élève de Grade 5 au Mohunlal Mohith Govet School. « En tant que parent je réalise que cette fomule d’école à la maison est très importante. Ca fonctionne bien chez nous. Les enfants ont déjà beaucoup perdu depuis la fermeture des écoles, et ils oublient vite les choses. Ces cours sur la télévision les permettent de se rattrapper.” Elle poursuit : « Nous sommes très bien guidés. Les seules petites difficultés viennent des enfants qui manquent parfois de motivation. Au début nus avions des diffultés, mais nous avons pu nous adapter. A présent, c’est Sendillen qui est le prof à la maison. Je dois dire merci à mon fils car il m’apprend beaucoup de choses. Grâce à lui je retourne à l’école.”

Reena Kissoon-Leste :

“L’école avait déjà tout anticipé”

“Avant le confinement le West Coast International Primary School avait déjà anticipé les choses. L’école a toujours maintenu un bon système de communication grâce à la technologie. Bien avant le confinement, Tasya recevait des mails de ses enseignants pour la guider sur une semaine de travail. Plusieurs applications l’aident à rester en contact avec ses enseignants et ses amis pour travailler. Comme, ma fille est en Year 6 et qu’elle se prépare à passer en secondaire l’année prochaine. Ca me rassure que le travail continue même en période de confinement. Je suis très satisfaite de l’approche de l’école et l’implication des enseignants.”

Tasya Leste (10 ans)

“L’ambiance de l’école me manque”

“Les premiers jours, j’ai eu du mal à accepter le home schooling. Mais je me suis adapté et je reste en contact avec mes enseignants constamment. Mes amis et l’ambiance de l’école me manquent énormément. Actuellement, même si on est toujours en confinement c’est la période des vacances. Les cours vont reprendre le 27 avril, et j’espère que d’ici, je serai de retour en classe et à l’école”.

Cynthia Delphine :

“Une bonne gestion au jour le jour”

“L’école à la maison commence en début d’après-midi pour mes enfants. Mon aînée, Amy-Lou, en grade 8 au Dunputh Lallah SSS reçoit ses devoirs de ses enseignants et pour ma benjamine de 4 ans je reçois des vidéos de la maitresse par Whatsapp. Ce confinement m’a apprise à voir mes enfants autrement et surtout de repérer certaines difficultés dans leur apprentissage. Mais, franchement, je tire mon chapeau aux enseignants car leur travail n’est pas facile. Il m’est difficile de me substituer à la maîtresse. C’est un changement de vie qu’il faut apprendre à gérer. Une gestion et un bon planning au jour le jour sont primordiaux. Les devoirs sont importants mais je veille à leur donner quelques travaux pratiques.”

Amy-Lou (12 ans)

“Je me sens à l’aise”

“Je préfère nettement les devoirs que je reçois par mail que les émissions à la télévision. J’avais déjà entamé un programme avec mes enseignatnts dès le début du confinement. Je me sens à l’aise avec cette situation. Les premiers jours j’étais un peu perdue, mais maintenant je gère seule et ma maman est là pour m’aider si besoin”.

Bhenita Mohit 

“Les cours à la télévision sont trop simples“

“Au début, je ne savais pas trop comment m’y prendre. Je me suis basée sur les manuels scolaires et j’ai complètement réorganisé nos journées. Le matin, pendant que je lui donne des exercices à faire, je peux m’occuper des taches ménagères. Dès qu’il termine ses devoirs, je les corrige avant de passer aux explications. Ce n’est pas évident de faire l’école a la maison. On ne peut imposer une routine stricte aux enfants. Concernant les cours à la télévision, je trouve que c’est trop simples et franchement mon fils s’est vite ennuyé.”

Valerie Bude-Salmine

“Sans planning c’est la galère”

“J’étais très inquiète ne sachant pas comment se passerait l’école à la maison tout en ayant à travailler. Au début, les choses étaient compliquées et finalement, avec mon mari et mes enfants, nous avons mis en place un planning. Sans cela ç’aurait c’est la galère. J’avoue que la première semaine, nous les avons laissés libres, mais dorénavant tout est sous contrôle. Heureusement, je peux compter sur les enseignants qui envoient les devoirs de ma fille par Whatsapp tandis que pour l’aîné, il reçoit tout sur la plateforme du collège. Au final, je peux dire que nous arrivons à tout gérer à la maison, un temps pour les études et un temps de relaxation avec des jeux, de musique ou la télévision.”

Alexia (10 ans)

“Je ne suis pas en vacances

“L’école à la maison se passe bien, mes parents m’ont bien expliqué que je ne suis pas en vacances et que je dois continuer à étudier. Il y a des jours plus durs que d’autres et j’ai hâte de retrouver l’école et mes amis.”

Ryan (15 ans)

“Pas la même motovation”

“Maman est très stricte sur les études à la maison surtout que j’aime dormir. Je n’ai pas la même motivation pour apprendre car à la maison, le cadre est différent de l’école. Durant mon temps libre, j’écoute de la musique et j’espère pouvoir reprendre toutes activités prochainement”.