En vérité je vous le dis, la plupart des messages poignants, révoltants ou alarmants qui circulent sur Internet sont des hoax. Malheur à celui qui fait suivre pareil document, pensant que son contenu “pourrait être vrai”. Car le doute profitera toujours aux rumeurs et aux canulars. Gardons-nous de share (tout et n’importe quoi), sans réfléchir à la cohérence de l’info.

Les hoax sont généralement des messages bien ficelés et argumentés. Leur crédibilité ne semble faire aucun doute. Il ne faut pas s’arrêter à la présence d’éléments véridiques, mais s’intéresser aux éléments douteux ou pour lesquels aucune preuve n’est avancée. Car les hoax mélangent le vrai et le faux, le bon grain et l’ivraie.

Même une photographie ou une vidéo, apparemment explicite, peut avoir été truquée ou sélectionnée partiellement pour abuser de la crédulité des internautes et accréditer une information fausse ou douteuse : alerte virus, disparition d’enfant, promesse de bonheur, pétition… et j’en passe. Ces hoax ne sont pas sans danger pour la sécurité de votre ordi !

Perte de messages, compromission de la sécurité, encombrement des réseaux locaux, abandon d’adresse électronique et évasion de données personnelles sont les principaux dangers que représentent les hoax pour les internautes et les entreprises. Sans compter que vous passez pour un(e) con(ne) lorsque vos friends écrivent que votre post est un hoax.

Ne jamais faire suivre un message que l’on vous demande de transférer à tous vos correspondants. Cela fait partie des bonnes pratiques à adopter sur Internet. C’est un acte civique qui permet de lutter contre la pollution des boîtes aux lettres. Le simple fait de connaître l’existence des hoax contribue à ne plus tomber dans le panneau.

Comment identifier un hoax et ne pas devenir soi-même auteur de cyber-rumeur ? Un hoax existe avant tout sous forme de courrier électronique, message dans un forum, et incite l’internaute à faire suivre “la nouvelle” à tous ses contacts, d’où une rapide réaction en chaîne. Le terme hoax signifie en anglais “canular”, mais cette seule traduction ne conviendrait pas.

Contrairement au canular ‑ qui est une blague ou une farce dont la victime peut elle-même rire ou sourire, une fois que la vérité lui est révélée ‑, la victime d’un hoax n’est jamais informée de la supercherie. De plus, certains hoax poussent les internautes à accomplir des actions dangereuses pour l’intégrité ou la sécurité de leur ordinateur. Ce qui n’est pas drôle.

Un spam est envoyé dans le but d’exposer un grand nombre de personnes à un contenu publicitaire ou promotionnel; un hoax peut concerner n’importe quel sujet. Il est propagé par les internautes, en principe sans intention malveillante. À ne pas confondre avec la rumeur, qui est une nouvelle officieuse (vraie ou fausse) qui se répand. Un hoax est toujours une info fausse ou invérifiable, et souvent perçue comme douteuse, excessive ou erronée.

Si comme les spams, les hoax peuvent toucher un grand nombre d’internautes, ils sont surtout un hybride de canular et de rumeur : du premier, ils tirent leur faculté à tromper l’internaute en suscitant une vive émotion (peur, compassion, révolte, espoir, etc.) et, de la seconde, leur capacité à se propager au sein de la communauté.

La plupart des hoax sont transmis par une personne connue (ami, collègue, client…). Il ne faut pas faire confiance a priori à l’expéditeur du message, car si un hoax arrive jusque dans votre boîte aux lettres, c’est qu’il aura passé avec succès l’épreuve de la “sélection naturelle” et qu’il sera susceptible d’abuser n’importe quel internaute pressé ou non averti.

Certains hoax sont si efficaces qu’ils sont relayés par un grand nombre de personnes, voire reproduits sur des sites Internet. Faudrait un minimum s’assurer de la compétence des sources à juger de la véracité de l’info… pour ne pas se retrouver à faire du cyber-palabre dans le village global.