Invitant les travailleurs ainsi que leurs proches à participer à la marche pacifique que la Confédération des travailleurs du secteur privé organise ce samedi en début d’après-midi à Rose-Hill, la secrétaire de cette confédération syndicale, Jane Ragoo, a expliqué que les Mauriciens doivent venir démontrer qu’ils sont « tracassés » par rapport à la vague de licenciements ainsi que l’insécurité d’emploi qui secouent le secteur privé du pays.
« Avec skandal BAI, sak travayer sekter prive ek zot fami finn realize ki zot ossi zot kapav perdi zot plas nimport kan. Ek kan enn travayer perdi zo travay, se enn dram pou la fami : nepli kone kuma pou roul la kwuizin, nepli kone kuma pou pey loyer, kuma pou pey dett, nepli kone kuma pou kontign envoy zanfan lekol… Ena travayer pens mem swuisid ! » s’alarme la secrétaire de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) Jane Ragoo, dans une déclaration au Mauricien.
La CTSP syndicale organise cet après-midi, à partir de 14 h, une marche pacifique dans les rues de Rose-Hill pour protester contre la vague de licenciements qui secoue le secteur privé et l’insécurité d’emploi grandissante, qui caractérise  de plus en plus ce secteur de notre économie. « Zordi ena plis ki 2 000 travayer ki li dan Courts, Iframac, BAI, Apollo Bramwell, Sotravic, minicipalite, Plumberlec, le port, RDA, ek ayer, dan langwass… Ena finn fini perdi plas ena dan latant perdi zot plas », s’indigne la syndicaliste. « Ena emplwaye, zame dan zot pir kosmar zot ti reve ki enn zour zot pou perdi zot plas. Zame zot ti pense ki zot lanplwa en danze ! Zame zot ti pense ki dizour o landemin zot ti pou vinn somer ! » poursuit-elle.
D’autre part, ajoute Jane Ragoo, il y a 800 jeunes employés d’Airmate Ltd dont l’emploi est menacé et qui touchent un salaire de misère, subissant une discrimination de la part d’Air Mauritius. « Air Mauritius finn kree Airmate Ltd pou li kapav explwat sa bann travayer-la. Air Mauritius ena 263 managers ki gagne bel-bel saler, finn aster 4 gro avion, alor ki saler travayer Airmate Ltd kat fwa mwins ki bann Air Mauritius. Si gouvernma permet enn konpagni detat fer sa, se enn move signal bann lezot kompagnie sekter prive ki kapav suiv so leksamp », s’est-elle indignée.
Une troisième catégorie de travailleurs n’obtient que du travail précaire, poursuit la syndicaliste. « Ces travailleurs voient leur hozizon bouché, ne benéficient d’aucune protection sociale ou légale et ne peuvent se construire un avenir ! » fustige la syndicaliste. « Par rapor a tou sa, sa bann 550 000 travayer sekter prive nou pei ek zot fami, zot bizin vinn dan Rose-Hill pou montre gouvernma ki zot trakasse, ki zot per pou zot lamplwa, ki zot oule ki gouvernma pran sa problem licenciema la o serieux ! » indique Jane Ragoo. Elle rappelle que, dans une économie de marché comme la nôtre, le travailleur doit prendre conscience que personne ne parlera ou ne défendra ses intérêts à sa place. « Travayer bizin mett li dibout, li bizin fer ki gouvernma antann so lavwa, so souffrans », a-t-elle ajouté.
Au gouvernement, Jane Ragoo explique que ce dernier a « le devoir » de mettre en place des mesures de protection en faveur de l’emploi des travailleurs. « Pou ki travayer na pa explwate ek ki zot kapav travay dan bann kondisyon korek ek aret angwasse, pou ki bann lentrepriz kontign fer profi san ki zot explwate travayer ek degrad lanvironma, pou ki bann lidistri progresse, ek finalma pou ki le pei ansam avance, gouvernma bizin intervenir », exhorte la syndicaliste.
Selon elle, le gouvernement doit réaliser que le travail donne sa dignité au travailleur. « Enn travay permete enn travayer gagne so lestim de swa, permet li konstruire so lavenir, lavenir so fami ek lavenir so pei… Somaz pe detruir tou ek menas la sécurité personnelle et celle du pays », poursuit Jane Ragoo. Dans ce contexte, la secrétaire de la CTSP rappelle au gouvernement ses engagements pris dans le cadre des dernières élections générales de décembre dernier (voir encadré) en faveur des travailleurs. « Bann travayer ek zo fami bizin finn an mass sa lamars pacifik la pou ki zot montre gouvernma ki zot trakasse pou zot lavenir ek ki gouvernma bizin pran zot lavenir ek lavenir zot fami kuma enn priorite ! » lance-t-elle.