Que la loi soit amendée pour que les marchands de légumes soient obligés d’afficher les prix au marché !L’Association des consommateurs de l’île Maurice (ACIM) propose même des amendes variant entre Rs 50 000 et Rs 100 000 pour le non-respect du nouveau règlement. C’est ce qu’a demandé Jayen Chellum, secrétaire de l’association, hier. Il a dénoncé des hausses artificielles des prix de légumes au marché.

Le secrétaire de l’ACIM s’en est sévèrement pris à la Small Planter’s Association, contestant le fait que cette association veut faire croire au public que beaucoup de champs ont été endommagés par les récentes pluies torrentielles et que les prix des légumes ont été revus à la hausse. Or, a-t-il expliqué, les données du Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI) indiquent que seuls 10% des cultures vivrières ont été endommagés par les grosses averses.

Ainsi, selon lui, cinq des dix légumes les plus consommés affichent une augmentation de 50% et plus, soit les aubergines (92,3%), les piments (100%) et le concombre (60%), alors que le prix de la carotte et de la calebasse a augmenté par 50%.

À Port-Louis, l’ACIM a découvert que neuf des dix légumes les plus vendus sont 50% plus chers : aubergines (60%), chou (133%), piments (433%) et concombres (166%), entre autres. Idem au marché de Vacoas, où les prix de six des dix légumes les plus vendus ont connu une hausse de plus de 50%, à savoir la calebasse (67%), la carotte (60%), les piments (71%), le chouchou (60%) et le concombre (66%), entre autres.