Les « findings » de l’enquête préliminaire ont été rendus publics hier au terme de plus de dix mois d’auditions d’une quarantaine de témoins devant la Cour de district de Pamplemousses. La magistrate Maryse Panglose-Cala a statué que Sada Curpen et sa bande accusés dans le meurtre de Denis Fine devraient comparaître devant les Assises.
L’enquête préliminaire instituée par le directeur des poursuites publiques (DPP) contre Patrick Steeve Prinslet Serret (alias Polocco), Westley Badoodeenkhan (alias Toto), Gino Robertson (alias Batman) et Sada Curpen dans le meurtre de Denis Fine a été bouclée vendredi. La magistrate Maryse Panglose-Cala siégeant en Cour de district de Pamplemousses a annoncé hier en début d’après-midi que l’affaire sera déférée devant les Assises, les preuves étant suffisantes. La décision ultime revient toutefois au directeur des poursuites publiques (DPP), qui aura le choix de rayer les charges ou d’intenter le procès devant l’instance criminelle de la Cour suprême.
Polocco est accusé d’avoir abattu Denis Fine, un Mauricien établi en France en vacances à Maurice, dans la nuit du 3 janvier 2010 d’une balle en pleine tête alors qu’il était sous la véranda de sa maison à Résidence Maison-Blanche à Pamplemousses. Westley Badoodeenkhan, Gino Robertson et Sada Curpen sont accusés de conspiracy to murder. La police soupçonne que le trafic de Subutex serait à l’origine du crime.
Pendant plus de dix mois d’auditions, la magistrate Maryse Panglose-Cala a entendu une quarantaine de témoins. Christophe Legrand et Ambravadee Chettiar ont été rayés de la liste des témoins de la poursuite et Mohammad Kamir Osman a été déclaré comme « hostile à la poursuite ». Il a déclaré n’avoir pas signé de déclaration et n’avoir pas reçu d’appel de Sada Curpen alors que le commanditaire présumé de l’assassinat de Denis Fine était en prison.
« Mo ti zis sinie mwa. » C’est la déclaration de Christophe Legrand à chacune de ses auditions. Il a également déclaré que la Major Crimes Investigation Team (MCIT) l’avait plusieurs fois tabassé et qu’il a signé sous contrainte ses dépositions. Et d’ajouter qu’il ignorait la teneur des déclarations car la MCIT les auraient pré-écrites. À la dernière audition jeudi, Christophe Legrand (alias Souris) a affirmé ne pas connaître Marie Christina Catherine Castor. Répondant aux questions de Me Assad Peeroo, il a dit : « Mo pa kone li (Christina Castor)… Mo krwar li travay dan MCIT sa tifi-la. »
Christina Castor est considérée comme le « key witness » dans cette affaire. Son interrogatoire et contre-interrogatoire a duré plus de trois mois. L’ex-compagne de Polocco a affirmé avoir vu le fusil que le meurtrier présumé aurait utilisé pour tirer sur Denis Fine. Elle a allégué que Polocco l’avait enlevée et qu’elle était contrainte de rester dans une chambre à Cité Briquetterie pour protéger son frère. Le principal témoin à charge a soutenu que le soir du 3 janvier 2010, Polocco est sorti en la laissant avec sa soeur. Il serait rentré dans les petites heures du matin « inpe abriti ». « Li ti pe fime enn derier lot », a-t-elle déclaré. À la poursuite, Christina Castor a aussi avancé que Polocco avait reçu un appel téléphonique de Sada Curpen. « Lavwa-la ti pe dir, mwa sa frer, Sada sa… Lerla Polocco ti demann li ki Sada… Lavoi-la reponn Sada Curpen sa », a-t-elle soutenu.
Selon le rapport de l’inspecteur Ranjit Jookhoo de la MCIT, Christina Castor a aperçu son ex-compagnon Polocco tirer sur un chien avec un fusil à lunette. Le témoin à charge affirme que le suspect N°1 a aussi volé deux seaux de peinture, une cuisinière à gaz et un nettoyeur haute pression. Ranjit Jookhoo a toutefois indiqué lors de sa comparution devant la Cour de Pamplemousses que des experts ont balisé le terrain mais n’ont retrouvé ni balle, ni chien, ni fusil.
À l’audition du vendredi 4 mars, Aneerood Teeluck, un planteur habitant Riche-Terre, a déclaré lors de son interrogatoire que des policiers lui auraient demandé de signer une déclaration pour pouvoir rentrer chez lui. « Mo ti krwar ki mo ti pe signe pou enn lot case mwa… Zot pa ti dir mwa nanie », avait-il soutenu. Pravind Mohesh, un officier de la Prison Security Squad (PSS) de la prison de Beau-Bassin, a affirmé avoir trouvé trois téléphones portables de la marque Nokia et deux cartes SIM sous le lit de Jayen Ramtohul lors d’une fouille dans la Segregation Protection Unit (SPU). Il a souligné que le lit de Sada Curpen n’était pas loin de celui de Jayen Ramtohul. 
L’ASP Parboutheea, le supérieur de Pravind Mohesh, a quant à lui affirmé que plusieurs articles ont été découverts lors de la fouille du 13 janvier 2010, dont un chargeur improvisé, fabriqué à la prison. Le 31 mars 2010, les gardes-chiourmes ont saisi un autre mobile dans la cellule.
Mes Rama Valayden et Rouben Mooroongapillay assurent la défense du meurtrier présumé. Mes Alwin Juwaheer, Assad Peeroo et Raouf Gulbul représentent respectivement Westley Badoodeenkhan, Gino Robertson et Sada Curpen. Mes Mohana Naidoo (assistante du DPP), Vinod Rammaya et Jagganaden Muneesamy (State Counsels) représentent le ministère public.