La Middle Temple Association estime que, pour répondre à la surcharge de travail dans le judiciaire, il faudrait qu’il y ait « plus de juges et de magistrats » dans les cours de justice. « Il y a un grand nombre d’affaires en suspens en cour.

Le public doit avoir le sentiment que la justice est efficace », a soutenu Me Rashad Daureeawoo, président de la Middle Temple Association, qui propose aussi la mise sur pied d’une Criminal Injuries Compensation Authority .

« Si nous regardons les chiffres auprès de Statistics Mauritius, nous voyons combien de cas sont en suspens, que ce soit au niveau civil ou pénal. Le public en général est sous cette impression que la justice prend beaucoup de temps. Il faut changer cette perception », estime Me Daureeawoo. La Middle Temple Association estime ainsi qu’il faut plus de “judicial officers”, soit des magistrats et des juges, afin de répondre à la surcharge de travail.

S’il y a le même nombre de juges et de magistrats pour faire plus de travail, souligne le Senior Counsel, celui-ci « ne se fera pas avec efficacité ». L’association estime qu’il faut « apporter des changements » dans le système afin d’optimiser le travail dans le judiciaire.

Me Daureeawoo fait aussi ressortir qu’à la New Court House, les tribunaux « sont presque vides » car les procès ont été renvoyés. « Kan tou lakour vid koumsa, sa ve dir mazistra inn fini sieze ek inn ena bann “postponement” », dit-il. La Middle Temple Association propose en ce sens de faire des “afternoon sessions”. « Cela profitera aux avocats, aux litigants et autres parties prenantes dans le judiciaire. Ce sont des choses qui existent déjà en Angleterre », a fait ressortir Me Daureeawoo.

L’association propose aussi l’institution d’une Criminal Injuries Compensation Authority. Cet organisme, dit-il, est déjà présent en Angleterre et veille sur les victimes de crimes. « L’objectif est de voir ce que l’État peut faire pour venir en aide à ces victimes qui ont subi un traumatisme », explique-t-il. Me Daureeawoo souligne que la Middle Temple Association a fait une analyse et trouve qu’en Angleterre « il y a déjà des lois dans ce sens afin de donner à la Criminal Injuries Compensation Authority le droit de dédommager les victimes ».