Sweden's biggest football star, Los Angeles Galaxy's forward Zlatan Ibrahimovic poses next to the 2,7 m bronze statue of him, after the unveiling ceremony on October 8, 2019 near the stadium where he made his professional debut in his hometown of Malmo in southern Sweden. (Photo by Johan NILSSON / TT News Agency / AFP) / Sweden OUT

Après avoir échoué à y prendre part lors de sa première saison, Zlatan Ibrahimovic va enfin connaître ce week-end les joutes des play-offs avec le Los Angeles Galaxy, mais pas dans la peau du favori pour le titre.

C’est le LAFC, l’autre club de la « Cité des Anges » porté à bout de crampons par le Mexicain Carlos Vela, qui part avec la faveur des pronostics après avoir fini la saison régulière avec le meilleur bilan (21 victoires, 9 nuls, 4 défaites). Avec juste derrière, des concurrents comme le New York City FC, qui a terminé en tête de la Conférence Est, et évidemment le champion en titre, Atlanta United FC, qui connaît la recette d’un sacre.

Le 1er tour consiste en six matches à élimination directe. Ayant fini 5e de la Conférence Ouest, le Galaxy jouera sa qualification sur le terrain du Minnesota United dimanche. En saison régulière, l’équipe californienne avait battu son adversaire à domicile (3-2), avant de ramener un nul vierge en phase retour.

Un léger avantage psychologique renforcé par le fait que le Galaxy n’a en fait jamais perdu en six rencontres (4 victoires) face à cet adversaire arrivé en MLS en 2017.

Avant le déplacement à Minneapolis, au nord du pays, Zlatan, qui vient d’inaugurer une statue à sa gloire chez lui à Malmö, n’a en tout cas pas manqué de faire du Zlatan pour montrer qu’il était prêt pour ce rendez-vous.

« Je viens de Suède, je suis né dans la neige. Quand il neige, je suis un viking. Quand il fait chaud, je suis un lion. On s’adapte à toutes les conditions. », a-t-il dit dans une vidéo publiée sur le compte Twitter de son club.

La star de 38 ans, qui a fini deuxième meilleur buteur de la saison régulière avec 29 buts, mais reste celui qui vend le plus de maillots en MLS, devra en tout cas être encore décisif offensivement, tant les lacunes défensives de son équipe sont criantes.

Il offrirait ainsi au Galaxy, dont le dernier sacre remonte à 2014, une demi-finale de Conférence Ouest en forme de derby face au LAFC, exempté de premier tour. Ce duel baptisé « El Trafico », en référence au très dense traffic routier qui sévit à Los Angeles, en appellerait un autre, de buteurs, entre « Ibra » et Carlos Vela, qui l’a devancé au nombre de buts inscrits (34).

Côté Est, Wayne Rooney, en plein milieu d’un psychodrame médiatique opposant sa femme et celle du footballeur Jamie Vardy, tentera, lui, de faire mieux que la saison passée (élimination au 1er tour) avec DC United, sur le terrain de Toronto. Après quoi, il lui faudra défier le New York City FC, exempté de 1er tour, ou alors rentrer en Angleterre où un ultime défi l’attend à Derby County (D2).