La finalisation de la liste des candidats de la capitale aux prochaines élections municipales ne se fait pas sans heurts au sein de l’alliance MMM/MSM, présentant même des dommages collatéraux pour le partenaire orange. Sheila Grenade, membre du bureau politique du MSM, a démissionné des instances de ce parti. Le nom de son époux, Ruben Grenade, a été rejeté pour une investiture dans l’arrondissement No 1. Dans une déclaration au Mauricien ce matin, Sheila Grenade, jointe au téléphone, a confirmé : « Oui j’ai démissionné du MSM ». Elle anime une conférence de presse aujourd’hui à 17 heures à l’hôtel St-Georges pour dévoiler les raisons de sa démission.
« Il n’y a pas de lui et moi, il y a nous », déclare la démissionnaire à propos de Ruben Grenade, président du Régional du MSM dans la circonscription numéro 1, qui a également démissionné de ce parti. La non-investiture de son époux « n’est pas la principale raison de mon départ ; ce n’est que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », confie Sheila Grenade, précisant qu’« il y a beaucoup de choses qui se sont accumulées » dont elle se réserve de révéler les détails à sa conférence de presse. « Je récolte aujourd’hui ma récompense pour ma sincérité, mon dur labeur au sein du MSM. Mais la sincérité a une limite. Ma dignité passe avant tout », a ajouté l’ancienne députée de Grande-Rivière-Nord-Ouest/Port-Louis Ouest.
À la mi-journée, sa lettre de démission n’était « pas encore partie mais cela va se faire incessamment ». Interrogée sur ses intentions politiques, l’ancienne conseillère de Leela-Devi Dookun à la Sécurité sociale, déclare n’avoir encore rien décidé « pour l’instant mais peut-être que l’inspiration me viendra cet après-midi ».
Le nom de Kishan Servansingh, membre du MSM, est cité pour une investiture au No 1 à la place de Ruben Grenade. Rappelons que les états-majors du Remake 2000, soit cinq membres de chaque parti, se rencontrent cet après-midi à La Caverne pour des discussions sur la présentation des candidats. Cette réunion sera présidée par sir Anerood Jugnauth, rentré au pays hier après un voyage privé en Inde. « Je ne veux même pas rencontrer sir Anerood Jugnauth. La démission est le seul moyen de me soulager de la profonde trahison dont je suis victime », avait déclaré hier Sheila Grenade sur les ondes d’une radio à l’annonce de sa démission.
Par ailleurs, une démission est intervenue dans la journée d’hier. Après Eshan Joomun, c’est au tour d’un autre conseiller de la capitale de retourner au bercail travailliste à la suite d’un bref passage au sein du parti orange. Sudhir Ramtohul, conseiller sortant du Ward IV, a démissionné hier du MSM pour réintégrer son ancien parti sous la bannière duquel il avait été élu en 2005, le Ptr.
Ce Port-louisien originaire de Tranquebar dans le Ward IV et qui a également annoncé hier sa démission sur les ondes d’une radio privée, a exprimé au Mauricien sa « profonde déception » de ne pas figurer sur la liste des candidats éligibles à un ticket aux prochaines élections municipales « après avoir été sincère au parti ». Celui qui dimanche encore collait des affiches mauve-orange dans le Ward IV retourne chez les rouges parce qu’il ne comprend pas le choix d’aligner un “outsider” dans cet arrondissement, qui, dit-il, « m’a vu naître, où j’ai grandi et où tout le monde me connaît ».
Le nom de Vinod Ramnial, candidat MMM, est avancé pour remplacer Sudhir Ramtohul. Ce dernier avait intégré le MSM en septembre de l’année dernière à la suite de sa démission du Ptr dénonçant par la même occasion des pratiques corrompues alléguées et des conflits d’intérêts au sein du Conseil relatifs à des voyages effectués par des conseillers à La Possession, ville réunionnaise jumelée avec Port-Louis.