La tension générée en fin d’après-midi, avec en toile de fond une accusation de tentative de corruption par le candidat PTr/MMM Michael Sik Yuen, et une déposition consignée à la police pour menace de mort à l’encontre des candidats de l’Alliance Lepep Adrien Duval et Stephan Toussaint, auront contrasté avec le calme quasi surprenant dans lequel l’exercice de vote avait démarré au N° 17, hier matin. La pluie jouant les trouble-fête en première partie de journée, à la fermeture des 12 centres de vote, ce sont au total 34 076 électeurs de Curepipe/Midlands qui se sont rendus aux urnes. Soit un taux de participation de 71,14 % pour 47 899 électeurs.
Alors que l’exercice de vote se déroulait tranquillement, une échauffourée éclate à Cité-Atlee (NHDC). Michael Sik Yuen, bousculé par des habitants de l’endroit, est contraint de quitter les lieux. « Nous avons été informés que le candidat Sik Yuen offrait des bribes électoraux. Nous nous sommes rendus sur place et nous avons des preuves de ce que nous avançons », explique Stephan Toussaint. Par ailleurs, ce dernier soutient que son colistier Adrien Duval et lui ont reçu des menaces de mort.
Ce qui conduit les candidats des deux blocs au poste de police de Curepipe, où les trois principaux protagonistes consignent une déposition respectivement. Dehors, les esprits, déjà échauffés, tardent à se calmer, forçant les policiers à installer un périmètre de sécurité, se munissant de boucliers, matraques et casques. La police prévient qu’« en période électorale, tout attroupement de plus de 12 personnes est interdit ! »
Au bout d’une demi-heure, la foule s’est dispersée et le calme est revenu. Si Adrien Duval et Stephan Toussaint se sont adressés à la presse, en revanche, Michael Sik Yuen a effectué une sortie discrète du poste de police.
Plus tôt, toujours à Cité-Atlee, précisément aux abords du centre de vote, une altercation entre des activistes de l’alliance PTr/MMM et un agent proche du candidat Adrien Duval aurait pu mal tourner, sans l’intervention des policiers et certaines personnes sur place. En effet, cet agent, qui reprochait aux activistes — et ce, en présence du candidat PTr/MMM Satish Boolell — de faire du canvassing à l’entrée même du centre de vote, a attiré la colère de ces derniers. Concédant qu’elle a été par moments débordée, la police a eu à intervenir à quelques reprises pour faire respecter les règlements en cours le jour du scrutin, d’une part par les candidats et agents, et, d’autre part, par les électeurs. Quant à Adrien Duval, le jeune candidat qui conversait avec des électeurs dans la cour même de l’école de Cité-Atlee, il a été prié par des officiers de mettre un terme à sa… campagne !
De manière générale, les électeurs de la circonscription de Curepipe/Midlands ont commencé à voter en nombre après la mi-journée. Mais contrairement aux précédentes élections, l’enceinte des centres de vote n’a pas connu une affluence particulière. Toutefois, le personnel présent était aux petits soins avec les électeurs en quête d’information ou les personnes âgées. Si, selon les différents Senior Presiding Officers, l’exercice de vote s’est bien passé dans l’ensemble, il n’en n’était pas de même pour certains électeurs qui n’ont pu accomplir leur devoir civique. Pour cause, leur nom ne figurait pas sur la liste officielle des électeurs affichée dans les écoles. Cependant, dans le cas d’une électrice de Dubreuil, celle-ci a pu voter même si elle n’a pu produire une pièce d’identité ! Son nom et autres coordonnés ayant été vérifiés à partir des données recueillies durant le recensement des électeurs par la commission électorale.