Alors qu’on annonçait une Operasion Sanz Vitrinn dans l’entourage du Premier ministre mais aussi au niveau des institutions et corps para-étatiques du pays, la nouvelle de la nomination de l’épouse du Deputy Speaker de l’Assemblée nationale, Namrata Teeluckdharry, en tant que membre de la National Preventive Mechanism Division (NPMD) fait jaser. Pour cause, c’est une énième proche du gouvernement qui se voit confier une position au sein d’une institution du pays.

L’étonnement est aussi conséquent après la posture publique affichée par le Deputy Speaker, Sanjeev Teeluckdharry, vis-à-vis de la National Human Rights Commission qui chapeaute la NPMD, surtout dans le cas de brutalité policière alléguée sur le détenu David Gaiqui. Le travail de la principale concernée consistera à effectuer des visites dans les milieux carcéraux pour s’assurer que les droits des détenus ne sont pas bafoués. Pour rappel, ces lieux et certains détenus ont été la raison d’être de la convocation de son époux devant la commission d’enquête sur la drogue.

S’il est vrai que Namrata Teeluckdharry a les qualifications requises pour le poste, étant avouée de profession, du côté du Sun Trust, certains ne cachent pas leur embarras quant à cette nomination. Certains y voient d’ailleurs un moyen d’essayer d’atténuer les ardeurs de l’élu de la circonscription N° 5, Pamplemousses/Triolet quant à des protestations contre le traitement qu’il reçoit des Finances lors de ses déplacements.

Alors que l’Attorney General et ministre de la Justice, Maneesh Gobin, avait tout récemment animé une conférence de presse pour faire les éloges de la National Human Rights Commission, tombant sous la tutelle de son ministère, les tentatives d’avoir sa version sur le choix de Namrata Teeluckdharry sont restées vaines