L’ancien trésorier du Parti travailliste, Ah Fat Lan Hing Choy, qui s’est lavé les mains des comptes bancaires du parti, devra faire un come-back au QG du Central CID dans un avenir pas trop lointain. C’est ce que Le Mauricien a appris de sources sûres aux Casernes centrales après les auditions de Cyril Wong, Personal Banker à la Mauritius Commercial Bank de l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam. Il n’est pas à écarter que d’autres membres de l’état-major du Labour, dont le président et également le secrétaire général du parti, soient entendus par des limiers du Central CID sous la supervision de l’assistant-commissaire de police, Heman Jangi. De son côté, Navin Ramgoolam devra s’attendre à être convoqué de nouveau aux Casernes centrales d’ici la fin de la semaine en vue de sa cinquième arrestation et très probablement sa onzième inculpation provisoire depuis le 6 février dernier. L’enquête porte sur le scandale autour du contrat jackpot Betamax de Rs 10 milliards alloué au groupe Bhunjun pour le compte de la State Trading Corporation (STC).
Les informations compilées par le Central CID suite aux deux jours d’audition du Personal Banker Wong au 10e étage de la MCB à Port-Louis sont actuellement passées à la loupe en vue de déterminer un Pattern spécifique dans les opérations bancaires sur le Joint Account portant le numéro […] 49074 à la MCB. Ce compte, dont le dernier relevé indique un montant de Rs 16,7 millions, a été ouvert conjointement par Navin Ramgoolam en tant que leader du Labour et par Ah Fat Lan Hing Choy selon la formule Either/Or pour les retraits ou les dépôts.
La prochaine séance d’interrogatoire à laquelle sera soumis le trésorier démissionnaire du PTr permettra de le confronter à tous les versements et retraits effectués sur ce compte conjoint, dont un retrait de Rs 4 millions des fonds présentés comme appartenant au PTr pour le refinancement des cartes de crédits de Navin Ramgoolam en date du 18 novembre 2013. Pas plus tard que la fin de l’année dernière plusieurs retraits bancaires, dont un de Rs 7 millions au lendemain des élections générales du 10 décembre de l’année dernière, ont été effectués. Des sommes conséquentes ont été utilisées « to replenish » les cartes de crédit bancaires après l’acquisition de voitures chez des concessionnaires, dont Iframac et Leal.
Après Ah Fat Lan Hing Choy, d’autres membres de la direction du Ptr, très probablement le président Patrick Assirvaden, et la secrétaire générale, Kalyanee Juggoo, pourraient être entendus au sujet de ces retraits du compte du parti et si des dépenses ont été effectuées en faveur du Labour lors de ces opérations bancaires. Dans les milieux du PTr, l’on dénonce ce Move comme une façon de semer la zizanie et la méfiance dans les rangs du parti. « C’est un plan machiavélique dans cette tentative de descendre encore politiquement Navin Ramgoolam aux yeux de ses partisans », faut-on comprendre.
Néanmoins, l’ancien Premier ministre, qui a connu un répit avec des convocations du Central CID pour interrogatoire, devra se préparer pour y retourner au plus tôt vers la fin de la semaine. Après la dernière inculpation provisoire en date dans l’affaire Betamax, soit celle de l’ancien vice-Premier ministre et ministre de l’Infrastructure, Anil Bachoo, le Central CID met la dernière main au questionnaire pour le prochain rendez-vous de Navin Ramgoolam. Celui-ci devrait se voir servir sa quatrième arrestation et au minimum sa onzième inculpation provisoire, si ce n’est la douzième, soit celles de complot pour enfreindre les dispositions de la Public Procurement Act en éliminant l’option de l’appel d’offres pour l’adjudication de ce contrat de Rs 10 milliards et du délit de « Public Official Using his Office for the gratification of someone else ».
Dans la conjoncture, la question qui se pose : quel sort sera réservé à l’ancien ministre Rajesh Jeetah dans ce scandale ? Pour pouvoir procéder à l’interrogatoire formel de cet ancien ministre, le Central CID devra accéder aux Minutes of Proceedings du conseil des ministres du vendredi 27 novembre 2009 ou toute autre séance pour confirmer si Rajesh Jeetah a déclaré ses intérêts personnels dans ce deal scellé par le gouvernement.
En dernier lieu, Vikram Bhunjun, le patron du groupe Bhunjun, qui a bénéficié de ce contrat devra être entendu formellement par le Central CID avant que le dossier ne soit soumis à l’Office of the Director of Public Prosecutions for necessary action…