Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a fait comprendre en réponse à une interpellation parlementaire de Kavi Ramano qu’il n’y a pas lieu d’amender la loi « to provide for the holding thereof to be enshrined in the Constitution. »
Le Premier ministre, qui répondait à cette interpellation peu avant 13 h parce que la séance du PMQT avait démarré avec au moins une demi-heure de retard, a fait comprendre qu’il n’y a pas lieu de traiter les élections municipales comme les élections législatives nationales.
Selon Navin Ramgoolam, la Local Government Act 2011 contient déjà des dispositions pour l’organisation des élections municipales tous les six ans à une date choisie par le président. « Cette pratique est en ligne avec celle en cours dans d’autres pays », a soutenu le Premier ministre. « I see no justification for the local government elections to be dealt with in the same manner as National Assembly Elections. »
En réponse à des questions de l’opposition, le Premier ministre a observé que des pays comme les Bahamas ont un système similaire à Maurice. Veda Baloomoody a alors insisté sur la nécessité d’organiser les élections dans les délais prescrits par la loi. Ce à quoi le Premier ministre a rétorqué qu’alors que l’alliance MSM-MMM était au pouvoir, les élections municipales ont été reportées à trois reprises. Il a affirmé que c’est le Ptr qui a amendé la loi pour que les élections aient lieu en 2005 et non en 2006 comme prévu par l’ancien gouvernement.
Mahen Jhugroo, pour sa part, s’est demandé pourquoi le Premier ministre ne cite pas Singapour en exemple. Navin Ramgoolam a donné une réponse inaudible en raison du bruit qui prévalait dans l’hémicycle.