Les travailleurs du port, membres de la Port-Louis Maritime Employees Association (PMLEA), ont décidé de verser 1% de leur augmentation de salaire au Fonds de solidarité nationale. C’est ce qu’a, entre autres, annoncé mardi le négociateur du syndicat, Ashok Subron, lors d’une rencontre avec la presse.
« Dans l’intention de démontrer concrètement leur solidarité aux plus démunis de la société mauricienne, les travailleurs du port, membres de la PMLEA, ont unanimement décidé de verser 1% de leur prochaine augmentation de salaire au Fonds de solidarité nationale. Une première dans le monde syndical à Maurice », s’est félicité le négociateur du syndicat, Ashok Subron. Entouré du nouveau comité exécutif et des membres de la PLMEA, il animait une rencontre avec la presse mardi au siège du syndicat à l’Albion Dock, Trou-Fanfaron, Port-Louis. « Pour démontrer la bonne foi et l’esprit de négociation des travailleurs, le syndicat a décidé d’accepter la proposition de la direction de la Cargo Handling Corporation (CHC) pour une augmentation de salaire se situant entre 8,8% et 11,7%, moyennant que cette augmentation frappe les salaires de base au 31 décembre 2015, c’est-à-dire incluant toutes les rémunérations additionnelles », a expliqué le négociateur.
Reconnaissant que le fonds de pension des travailleurs de la CHC a « un problème de viabilité », Ashok Subron a annoncé que ceux-ci ont décidé de verser une autre partie de leur prochaine augmentation de salaire dans leur fonds de pension. Dans une analyse de la situation à la CHC, le syndicaliste a expliqué qu’il y a un « réel problème de “manning” », c’est-à-dire de manque de personnel. « À cause d’un manque d’équipement et de recrutement, depuis 2008, les travailleurs sont appelés à faire des heures supplémentaires, représentant parfois jusqu’à 55% de leur salaire. Et l’on en profite pour faire une campagne de dénigrement médiatique systématique contre les travailleurs en dévoilant leurs salaires sur la place publique sans chercher à comprendre que c’est le manque de personnel qui oblige ces travailleurs à faire des heures supplémentaires. C’est pourquoi nous avons décidé de mettre ce problème de “manning” au centre des négociations », a expliqué Ashok Subron.
Abordant le thème de la privatisation du port, le négociateur a réclamé l’institution d’un Select Committee pour ce problème. « Bizin ki bann parlementer gagn lokazion debat lor sa problem privatizasion ki tous nou sekirite nasional, a nou sekirite interier ek pouvwar ki enn pei etranze pou ena lor sel por ki Moris ena », a-t-il expliqué.
Ashok Subron a, dans ce contexte, dénoncé une « campagne de dénigrement médiatique systématique » contre la PMLEA et son président sortant, Alain Édouard, qui a été reconduit à la présidence du syndicat. « Reconduire à l’unanimité Alain Édouard (l’homme à abattre dans le port) à la présidence de la PMLEA, c’est une façon pour les travailleurs du port de répondre à la direction de la CHC et, surtout, à cette campagne de dénigrement médiatique contre les travailleurs du port en général, et Alain Édouard, en particulier », a expliqué à la presse Ashok Subron.
Questionné par Le Mauricien quant aux excuses publiques qu’Alain Édouard aurait présentées au Deputy Prime Minister et ministre du Tourisme et des Communications extérieures, Xavier-Luc Duval, pour retrouver son poste à la CHC, Ashok Subron a expliqué que, par respect pour le Board of Corporation, tous les détails entourant cette affaire seront dévoilés en temps et lieu, sans rien préciser d’autre.