Après des mois de travail, le Club M entre maintenant dans le vif du sujet dans ces 8es Jeux des îles de l’océan Indien. Les premiers adversaires, les Maldiviens, sont les grands inconnus de la compétition. Cette confrontation est prévue demain après-midi (16h30) au stade de l’Amitié, situé sur l’île Praslin. Le Club M se voit dans l’obligation de gagner pour dissiper certains doutes.
Arrivée hier soir, la bande à Akbar Patel n’a pas eu le temps de souffler qu’elle a dû faire ses valises ce matin pour embarquer sur le Twin Otter d’Air Seychelles, destination Praslin, où se joueront les trois premiers matches de la première journée de la compétition de football. Un changement que le Club M doit bien négocier avec prudence.
 « C’est clair que les Seychelles vont jouer sur leurs atouts. Aller sur Praslin égale à voyager plus. Mais d’un autre côté, j’imagine que toutes les autres équipes seront sur le même pied d’égalité. Nous allons rester concentrés pour notre premier match, c’est ça le plus important », nous a-t-il confié.
« Dans ce genre de compétition, il est primordial de bien entamer la première sortie pour aborder la suite avec plus de sérénité. D’autant qu’il faudra également effacer cette déconvenue face à Mayotte en amical (0-2), vendredi dernier à Rose-Hill. Un revers qui remet en question quelques détails », souligne le technicien mauricien.
« Il faut savoir que cette rencontre s’est déroulée dans un contexte précis. Nous sortions d’un stage intensif et n’avons pas eu le temps de récupération nécessaire. Donc, nous avons dû puiser dans nos réserves. Je savais qu’on allait manquer de jus. Mais nous avons accepté de jouer pour connaître un peu le style des autres îles. Pendant notre stage, nous avons affronté des équipes sud-africaines. Et vendredi, nous avons vu un jeu physique, intense, et on n’a pas été présents. C’est bien. Nous avons pris conscience du type de jeu qui nous attend. Ce match a eu l’avantage de nous forcer à une remise en question. Nous serons plus présents dans les duels, contrairement au match contre Mayotte », ajoute Akbar Patel.
Concernant la rencontre de demain contre les Maldives, l’entraîneur national estime qu’il ne va pas changer de style de jeu. « Notre force, c’est le système selon lequel on évolue et la qualité des joueurs. On nous a souvent critiqués et comparés. Mais ce qu’on devrait comprendre, c’est qu’un style de jeu n’est pas basé sur les envies de l’entraîneur, mais sur les qualités de ses joueurs. Voilà pourquoi nous jouons comme ça. Maintenant, j’espère que quand les gens verront les résultats, ils vont comprendre qu’ils se sont trompés », soutient-il.
Cependant, il faudra composer avec l’élément de surprise car les Maldives seront la grande découverte de ces Jeux. Venus avec une bonne réputation, les Maldiviens sont déterminés à faire très bonne figure, même s’ils découvrent eux aussi le football de l’océan Indien. « C’est nouveau pour nous », remarque leur entraîneur national, l’Argentin Diego Cruciani.
Menés par le capitaine Ashfaaq Ali, les Héros Verts pratiquent un football posé. « We play passing football. Souvent à une ou deux touches. Nous avons aussi essayé plusieurs schémas de jeu car nous ne savons comment évoluent nos adversaires. Il faudra nous y adapter. Mais je suis confiant que les joueurs feront de leur mieux ici », conclut le coach argentin.
_____________________________________________________________