Le Premier ministre a profité de son discours à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau poste de police à Camp Diable, hier pour défendre une nouvelle fois le projet Safe City. “Nou pas pe re-invente la roue, sa projet là inn fer so preuve ailleurs. Li ene question de volonté politique et moi ek moi gouvernement nous ena sa volonté là pour assure sécurité nous citoyens”, a fait comprendre Pravind Jugnauth. Et s’il abordé, comme le commissaire de police, la question d’intégrité de chaque policier dans l’exercice de ses fonctions, ni le chef du gouvernement ni Mario Nobin n’ont souhaité répondre aux questions de la presse quant à l’affaire de passeport du trafiquant de drogue Mike Brasse impliquant le CP devant l’ICAC.

L’installation des 4000 caméras CCTV dans 2000 endroits spécifiques progresse. Et d’ici décembre, le projet Safe City sera une réalité. C’est ce qu’a annoncé le chef du gouvernement hier, dans son discours à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau poste de police à Camp Diable. Citant ce projet Safe City qu’il estime “révolutionnaire”, Pravind Jugnauth fait ressortir qu’il est un PM qui vit avec son temps et que ce projet, même s’il est  onéreux, relève d’une question de vision et de volonté politique. “Le taux de criminalité déjà en baisse le sera davantage avec l’entrée en opération du projet Safe City.” En attendant, d’autres mesures sont prises, a énuméré le chef du gouvernement évoquant les récentes inaugurations de postes de police, les postes en rénovation, le recrutement des effectifs et la formation des policiers.

S’il félicite la police pour le travail abattu, le chef du gouvernement est conscient qu’il existe des brebis galeuses au sein de la force policière. Mais pour elles, “il n’y aura ni protection, ni couverture”, affirme Pravind Jugnauth. Revenant sur les amendements apportés à l’Immigration Act, le PM a justifié les pouvoirs qu’il s’est octroyés pour la protection de son pays.

Le commissaire de police a, lui, dans son discours mis l’accent sur les valeurs de la force policière et a lancé un appel à la population pour une meilleure collaboration avec la force policère .

22 ans après : Camp Diable doté d’un nouveau poste de police
Le nouveau poste de police de Camp Diable voit le jour 22 ans après le premier installé dans la localité en 1997. Ce nouveau bâtiment  de 26 m2 offrira un service de proximité pour les quelque 7000 habitants que compte le village. Doté de nombreuses facilités, il s’agira également d’un cadre de  travail plus agréable pour les officiers de police qui y sont affectés.