La Federation of Hotel Taxi Association étend son invitation à sa manifestation prévue pour ce jeudi 25 février à partir de midi au Champ-de-Mars au public et aux différentes plateformes qui se sentiraient concernées par la privatisation des centres de fitness de la National Transport Authority (NTA). Cette marche pacifique qui devrait se terminer au Jardin de La Compagnie aura pour but de montrer la désapprobation concernant la décision du GM de privatiser les centres d’examens de la NTA et subséquemment contre la hausse des frais associés.
La manifestation annoncée pour ce jeudi découle d’une résolue votée à l’unanimité lors d’une assemblée spéciale de la FHTA à la municipalité de Quatre-Bornes le 12 février dernier. Hier, lors d’une conférence de presse, les dirigeants de cette fédération, soutenue par la Fédération des Travailleurs Unis (FTU), ont confirmé la tenue de cette manifestation pacifique, affirmant qu’ils ne comptaient pas baisser les bras. « Nous n’avons pas d’autre choix que de descendre dans la rue. Cette manifestation est le début d’une série de plusieurs autres ; nou pou montrer nous la fors », a fait savoir Atma Shanto, porte-parole de la FTU.
La contestation de la privatisation des fitness centres de la NTA est venue s’ajouter à une longue liste de revendications des chauffeurs de taxi d’hôtels, qui avaient déjà mobilisé plus de 200 des leurs en août 2015 lors d’une manifestation devant le bâtiment Air Mauritius qui abrite le ministère des Infrastructures publiques. Les intervenants n’ont pas manqué d’émettre des critiques à l’encontre du comité interministériel chargé de faire des recommandations au sujet des doléances des taximen d’hôtels, plus particulièrement à l’encontre du Deputy Prime Minister et ministre du Tourisme Xavier-Luc Duval, qui préside ce comité, allant jusqu’à lui demander publiquement de « step down » de ce comité. « Nous pensions qu’avec l’institution du comité interministériel les choses allaient changer. À ce jour, nous ne sommes toujours pas satisfaits. La situation se détériore de jour en jour », a soutenu Atma Shanto avant de faire allusion à la « proximité » de l’hôtel du gouvernement avec certains tour-opérateurs à Maurice. Les taximen ont le sentiment que des delaying tactics sont utilisées systématiquement pour ne pas délibérer sur les doléances et leurs demandes. Selon eux, il n’y a aucun signe d’une volonté du GM à trouver une solution à leurs revendications, qui comptent essentiellement la concurrence par les tour-opérateurs et certaines pratiques des hôtels qui ont des répercussions sur les activités des chauffeurs de taxi aux abords des hôtels du littoral.