Le plan stratégique 2015-2020 de l’Université de Maurice a été dévoilé hier par la vice-chancelière Romeela Mohee et lancé par la ministre de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur, Leela Devi Dookun-Luchoomun. Ce plan repose sur six axes qui sont la recherche et l’innovation, l’engagement communautaire, l’excellence dans l’enseignement et l’apprentissage, le partenariat stratégique en vue de positionner l’institution à l’international, l’enrichissement de l’expérience estudiantine, l’engagement communautaire durable et la viabilité financière durable.
Avec une population estudiantine de 12 000 inscrits, l’Université de Maurice qui compte six facultés, dont la toute dernière, celle des études océaniques, veut s’offrir une nouvelle orientation. L’institution veut en effet se positionner comme un des leaders dans l’éducation tertiaire au niveau de l’Afrique et un research-led university. Raison pour laquelle un nouveau plan stratégique a été formulé. La direction de l’Université veut miser sur une éducation de qualité afin de maximiser les chances des apprenants de trouver un emploi et devenir une institution reconnue dans le domaine de la recherche.
Un strategic plan monitoring committee a été mis sur pied en février 2014. Les consultations en interne, c’est-à-dire avec la direction, les facultés et les centres, ont été entamées en mai de l’année dernière. L’exercice s’est poursuivi en août avec les stakeholders externes concernés.
Le premier axe du plan stratégique repose sur l’excellence dans l’enseignement et l’apprentissage avec pour objectif de promouvoir les échanges avec l’industrie pour en développer une formation de qualité. L’université veut aussi étendre les facilités pour l’éducation en ligne et l’open education. L’UOM veut aussi introduire le Recognition of Prior Learning (RPL) ou encore offrir des Executive Development Programmes (EDP) et des Continuous Professional Development Programmes (CPD) pour les employés du privé et du public.
Au niveau de la recherche et l’innovation, le plan mis sur pied vise à doper les capacités de recherche et d’innovation de l’institution, le tout fondé sur les besoins de l’industrie et de la société. Ainsi, les centres et les facultés seront mieux équipés. L’UOM veut aussi encourager les études au niveau doctoral et promouvoir la coopération régionale et internationale dans ce domaine. Pour cela, elle veut être davantage présente dans les projets régionaux en partenariat avec les pays de la Commission de l’Océan Indien (COI), de la SADC et du COMESA. Pour diffuser les résultats des recherches, l’Université compte encourager les publications des étudiants dans les high indexed journals et organiser des conférences de haut niveau avec la collaboration d’institutions réputées.
Le troisième volet du plan stratégique, qui est l’enrichissement de l’expérience estudiantine, a été formulé pour garantir un service de qualité et d’aide aux étudiants sur le campus et encourager l’organisation des activités extracurriculaires avec l’aide de la Student’s Union. L’université a comme projet d’instituer un monitoring unit opérant sous le Registrar’s Office pour gérer les doléances des étudiants et leur offrir des conseils d’orientation.
Bourses et sponsorship schemes
L’UOM veut par ailleurs offrir des bourses et des sponsorship schemes. L’UOM projette d’accorder une assistance financière aux étudiants basée sur les critères tels que la performance académique et la situation financière et aussi développer des bourses selon les performances sportives. L’Université veut aussi encourager les programmes d’échange avec les universités régionales et étrangères.
Ensuite, le quatrième volet vise à encourager le partenariat stratégique en vue de positionner l’UOM à l’international. La direction veut en effet mettre sur pied un Knowledge platform entre l’Asie et l’Afrique pour l’enseignement, la recherche et le consultancy pour les questions relatives à l’Afrique et l’Asie. L’université entend aussi établir des collaborations avec des universités étrangères de renom afin de développer des joint award programmes.
À travers le cinquième axe qui est l’engagement communautaire durable, l’Université veut promouvoir le partenariat entre l’Université et la communauté et offrir l’opportunité aux étudiants d’aider la communauté dans un sens large.
Enfin, quant au sixième pôle qui est la viabilité financière durable, l’Université adoptera des mesures pour générer des fonds à travers des sources de revenus additionnels et compte de ce fait élaborer un mécanisme pour des levées de fonds, par exemple à travers les associations d’anciens étudiants. L’institution compte frapper aux portes des agences de financement régionales et internationales pour booster ses projets ou encore développer un industry sponsorship programme. Autre source de revenus : la location des infrastructures de l’Université. Pour cela, ces dernières doivent être améliorées/rehaussées. La direction veut aussi revoir sa stratégie marketing à l’intention des étudiants étrangers ou formuler des cours et des programmes de formation de courte durée.