Internet donne aujourd’hui un nouvel essor au troc, avec des milliers de sites à travers le monde qui proposent d’échanger différents produits que l’on n’utilise plus ou des services d’aide à la personne. La société Astek Mauritius a dévoilé le site Tessa.mu, une plateforme en ligne qui vise à mettre gratuitement en relation des particuliers ayant des articles ou services à troquer/échanger, à travers les petites annonces en ligne.
L’économiste Pierre Alary définit le troc comme « un transfert réciproque de biens et/ou de services, identifiés, entre plusieurs acteurs ». Au secondaire, l’on apprend aux collégiens que le troc est l’un des premiers modèles d’échange économique utilisé par les hommes. Pratiqué par de nombreuses civilisations comme l’Égypte des pharaons, le troc est caractérisé principalement par l’absence de monnaie dans le transfert de possession. Puis est arrivé l’argent et cette pratique a commencé à disparaître petit à petit. En France, la toile pullule de sites internet permettant d’échanger ses objets que l’on utilise plus, de vider son grenier et même d’échanger sa garde-robe. Un nouveau mode de consommation qui offre une solution alternative face à la crise et qui permet à certains de faire des économies. Après avoir longtemps été perçu comme dépassé, le système d’échange suscite aujourd’hui un regain d’intérêt avec internet. On y échange presque tout : des coupons de réduction pour des yaourts ou de la margarine, des bottes en cuir au sac à main. On appelle ceux qui y ont recours des “web-troqueurs”.
La société Astek Mauritius, basée à la Cybertour d’Ébène, a lancé le mois dernier la plateforme en ligne Tessa.mu, avec pour objectif de mettre en relation des particuliers mauriciens et étrangers ayant un article ou un service à offrir et ceux ayant besoin de cet article ou service. Le concept a émergé, expliquent les concepteurs, après l’apparition à Maurice d’un nouveau mode de vie pour les employés de bureaux dans les grandes villes : le covoiturage entre collègues ou entre personnes de différentes entreprises. En effet, ceux habitant loin des grandes villes mais qui doivent s’y rendre pour y travailler sont désespérés par l’embouteillage le matin et l’après-midi ou les longues attentes des transports en commun. « Afin de mettre en relation ces personnes, nous avons imaginé un projet qui leur faciliterait les contacts mais en cours de réflexion, nous en avons élargi la portée en ouvrant la gamme de services à rechercher/offrir et à y inclure des articles », expliquent les initiateurs de ce projet. C’est ainsi qu’est né le site internet Tessa.mu permettant d’échanger divers objets. À noter que TESSA est l’acronyme de « Troc-Esanzé-Swap : Services, Articles ». On peut ainsi réaliser des économies tout en se débarrassant de choses que l’on ne souhaite plus posséder ou s’offrir mutuellement des services dont on a besoin tout en déployant ses propres talents et compétences et constituant ainsi un réseau de “dépanneurs”.
Il suffit à l’internaute de créer un compte sur le site pour pouvoir passer une annonce gratuitement et qui fera l’objet d’une modération. Un moteur de recherche sur le site permet à l’internaute de trouver un service ou article ou de naviguer dans les différentes catégories pour trouver son bonheur : services d’aide à la personne (covoiturage, garde d’enfants, dépannage informatique, commissions, marché, poste, entre autres) ; animaux ; beauté/bien-être ; bricolage ; cadeaux (échange d’articles reçus en cadeau) ; cours (français, langues étrangères, musique, soutien scolaire, entre autres) ; hi-tech (télévision, appareil photo, ordinateurs/laptop) ; loisirs ; maison ; transport, véhicules ; travail (comptabilité, secrétariat, traduction, entre autres) et vêtements et accessoires de mode. Les concepteurs ont prévu un système de contacts à travers le site. Les parties concernées pourront prendre contact via email dans un premier temps et ensuite poursuivre leurs échanges comme elles l’entendent, en assumant la pleine responsabilité de leurs démarches.