Le mardi 3 février, ils se dirigeront vers les rivières pour prendre un bain sacré, avant d’offrir leurs offrandes au dieu Muruga au kovil. Aya Runghen, Devaraj, Dipanjali et Trisha font partie de ces pratiquants qui font la procession pour célébrer le Thaipoosam Cavadee. Pour montrer leur dévotion à Muruga, ces dévots tamouls se sacrifient. Ils se percent la langue pour garder le silence et pour méditer.
La procession du mardi 3 février se déroulera à la fois aux rythmes de chants religieux et dans le silence. Portant leur cavadee, les dévots tamouls se dirigeront vers la rivière pour l’Abhishekam (bain sacré), puis au temple pour donner leurs offrandes au dieu Muruga, deuxième fils de Shiva. Depuis dimanche, les pratiquants se conditionnent en observant dix jours de carême, afin d’élimer toutes les impuretés de leur corps. Cela les aidera lors de la procession.
Aya Runghen, qui officie au kovil de Stanley, souligne que deux choses sont importantes lors de la marche jusqu’à la rivière, puis au temple : la concentration et le silence. En se perçant la langue, le dévot n’arrive plus à parler. Cela l’aide à intérioriser ses pensées et ses émotions pour se concentrer.