(Photo by Alastair Pike / AFP)
  • Le best of : Mahmad Khodabaccus « enfonçant » Navin Ramgoolam, ce dernier dénonçant le « pouvoirisme » de XLD, qui lui-même critique Arvin Boolell et sa réunion avec la VOH
  • Très populaire aussi la séquence épique de l’expulsion d’Alan Ganoo par Maya Hanoomanjee sous les ricanements des élus du MSM et du ML, ses nouveaux alliés

Comme un retour de la manivelle. C’est lorsque vos propres armes se retournent contre vous que vous avez le sentiment d’être encore plus touché. Les concepteurs du fameux clip Viré Mam de 2014 doivent ainsi se sentir bien démunis devant la déferlante de petits clips qui rappellent leurs propos passés, ce que le MSM et le PMSD disaient du PTr et qui, lorsqu’ils ont fini de faire rire, suscitent une forme de rejet des postures contradictoires et indécentes adoptées par les uns et les autres, lorsque ce n’est pas le dégoût.

Comme le MMM va seul cette fois, il a évidemment le beau rôle et ce sont ses Facebookers qui s’en donnent à « coeur » joie en partageant le plus possible ces vidéos où l’on voit et entend les adversaires d’hier, le PTr et le PMSD, se vilipender sur tous les tons et qui se trouvent aujourd’hui sur la même plateforme. C’est le secrétaire général du PMSD, Mahmad Khodabaccus, qui vole la vedette parce qu’il est celui qui est, de tout le spectre politique, capable de tous les excès langagiers. C’est sa participation à un rassemblement de Lalians Lepep à Rivière du Rempart en 2014 qui défile, par extraits choisis, sur les réseaux sociaux suscitant, bien entendu, son lot de commentaires.

Les propos devenus viraux du secrétaire général du PMSD avaient été tenus lors d’un rassemblement de ce qui était alors Lalians Lepep à Rivière du Rempart. Sur l’estrade, Ivan Collendavelloo, Vishnu Lutchmeenaraidoo et Prakash Maunthrooa. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le « défonceur » patenté du PMSD « enfonce » littéralement le leader du PTr, Navin Ramgoolam, son nouvel allié. L’échantillon est particulièrement éloquent. Au micro, lors de ce meeting, Mahmad Khodabaccus se lance dans une terrible attaque contre le chef des rouges. La preuve : « kalkil Navin Ramgoolam gagn pouvoir papa, gagn limunité, saki li envi li pour faire, bann mama, papa ki ena zoli tifi dan lakaz, fer atansion, maler lor zot. » Comme si ce n’était pas suffisant, le secrétaire général du parti « zoli mamzel » renchérit : « jet privé, baté Blue Label, Sounouk kosté ar li. »
Même Rama Sithanen, celui qui était en compagnie de son leader jeudi à Quatre-Bornes, n’avait pas été épargné lors de ce rassemblement. Il avait été traité de « vampire » pour avoir pris des mesures d’austérité visant les moins riches.

« Zamé PMSD pa pou mars ek personne encore »

Autre vidéo partagée qui suscite l’hilarité, c’est celle où l’on voit le leader du PMSD, Xavier Duval, insister lourdement sur sa décision de briguer seul les suffrages aux prochaines élections générales. Il avait déclaré que « zamé PMSD pa pou mars ek personne encore ». C’était lors d’un congrès nocturne à Quatre-Bornes en décembre 2017. Le leader du PMSD avait même ajouté qu’il ne servirait désormais plus de marchepied — un autre mot pour béquille — à qui que ce soit et il avait aussi lancé aux porteurs de caméras qui enregistraient ses propos de bien le filmer pour que, demain, il n’y ait pas de nouvel épisode de « Viré Mam ». Il ne croyait pas si bien dire.

Plus cocasses, ses propos sur son actuel colistier Arvin Boolell. C’était toujours lors de la partielle qui opposait son candidat Dhanesh Maraye, qui n’avait même pas pu sauver sa caution, au candidat travailliste. Xavier Duval avait dit qu’Arvin Boolell représentait une menace pour l’unité nationale parce qu’il avait participé à une réunion nocturne chez un dirigeant de la Voice of Hindu, Deepak Aubeeluck. Aujourd’hui colistiers, cela donne une tonalité particulièrement burlesque à la situation. C’est une nouvelle illustration de la pratique de certains politiques qui consiste à dire tout et à faire son contraire.
Navin Ramgoolam n’est pas en reste, lui qui a dit et répété que le PTr irait seul aux élections générales. Pour le tourner en ridicule, cette vidéo où on le voit dénoncer sur un ton très véhément Xavier Duval et le PMSD. C’était lors de la campagne de 2014. À un rassemblement à Curepipe, il avait critiqué la mentalité « pouvoiriste » des bleus en citant longuement les frasques des proches du leader du PMSD.

Autre vidéo qui est devenue très populaire sur la toile, celle de la séquence épique de l’expulsion d’Alan Ganoo le 17 juillet 2018 de l’Assemblée nationale. On voit le député, ex-MMM, ex-MP qui reste debout suppliant la Speaker de lui donner l’autorisation de poser une question supplémentaire, mais Maya Hanoomanjee, sur le ton autoritaire qu’on lui connaît, lui interdit la parole et toute contestation de sa décision. Le député tente de résister, mais il est exclu de l’hémicycle sous les ricanements des députés du MSM et du ML, ceux-là mêmes qu’il a décidé de rejoindre pour les prochaines consultations populaires.

En 2014, le clip Viré Mam exposait les attaques portées par le MMM contre le PTr et vice-versa par tourner leur alliance en dérision. Même démarche cette fois, mais avec inversement des rôles. C’est ce que certains appellent « killing them with their own medicine ».