- Publicité -

Allégations d’abus sexuel : Les secrets de deux tablettes décryptés par l’IT Unit

– L’enquête déterminera si l’orthophoniste Sorefan – faisant l’objet de 11 charges provisoires de « Causing child to be sexually abused » – a eu accès à ces tablettes

La police a saisi une trentaine de tablettes à l’Ecole des Sourds de Beau-Bassin pour examen à l’Information & Technology Unit (IT) de la police. Elle a entendu la direction de l’établissement pour obtenir des détails sur les plaintes d’abus sexuel.

- Publicité -

C’est alors que les policiers ont appris que les tablettes sont gardées dans une pièce et qu’elles n’ont pas été utilisées depuis l’année dernière. Ils ont allumé deux appareils et se sont rendu compte que des liens donnant accès à des sites pornographiques figuraient sur le History Tab. Cet aspect est considéré comme perturbant vu que l’orthophoniste Ibrahim Sorefan, âgé de 24 ans, n’a pris de l’emploi au sein de l’établissement il y a un peu plus d’un mois de cela.

À ce stade, les enquêteurs ne sont pas en mesure de confirmer à quand remontent les liens sur tablettes à ces sites. Seul l’examen des appareils pourrait éclaircir ces faits. La police a aussi demandé des explications à la direction pour déterminer qui avait la responsabilité de garder ces tablettes et si un membre du personnel en a eu accès depuis 2021.

Pour sa part, Ibrahim Sorefan a été traduit au tribunal de Rose-Hill hier où sept nouvelles accusations provisoires de Causing child to be sexually abused ont été logées contre lui. Il s’agit de sept nouvelles plaintes logées par des enfants depuis la semaine dernière. Ainsi, au total, 11 Counts sous cette charge sont retenues contre le jeune homme depuis son arrestation. La police a une nouvelle fois objecté à sa remise en liberté conditionnelle et il est retourné en détention préventive jusqu’à sa prochaine comparution prévue pour le 6 juillet.

Sa comparution hier s’est déroulée sans incident contrairement à la semaine dernière où il avait été hué par des parents en colère. Pour assurer sa sécurité, la police lui a fait porter un casque et un gilet de protection. Ibrahim Sorefan n’a pas encore été interrogé en détail même s’il nie toutes les accusations portées contre lui. Il a insisté qu’il est victime d’un coup monté.

L’orthophoniste a également été examiné par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du département du « Medical unit » de la police qui a confirmé que le jeune homme est apte à faire face à un interrogatoire. Lors de l’examen, Ibrahim Sorefan n’a pas accepté que le médecin le touche physiquement et il s’est contenté de répondre aux questions médicales.
Par ailleurs, la police de Barkly enregistre toujours les plaintes des enfants en présence des spécialistes de la langue des signes. Cet exercice est considéré comme relativement complexe car beaucoup d’enfants ne sont pas en mesure de donner des détails supplémentaires sur certains faits.

À ce stade, seul un adolescent de 14 ans a détaillé les abus qu’il aurait subis. L’équipe du chef inspecteur Moorghen compte enregistrer toutes les plaintes avant d’établir un calendrier pour les séances d’interrogatoire de Ibrahim Sorefan.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour