Voilà une fédération qui a fait mentir tous ses détracteurs en réalisant des performances de haute volée lors de cette année 2015. La MAWPA a pris 2 points dans le classement du Hit Parade grâce surtout à ces bonnes performances sur le plan régional et continental. 10 sur 10 pour les résultats. En effet, tout a commencé avec la belle moisson aux Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) 2015 avec pas moins de 21 médailles d’or par les haltérophiles qui ont fait honneur au quadricolore. Une sacrée performance. Sans oublier les exploits des 11es Jeux d’Afrique au Congo-Brazzaville ou Roilya Ranaivosoa est revenue au pays avec trois médailles d’argent autour du cou ou encore celle d’Ivan Pierrot (1 Argent et 2 bronze) qui a fait parler la poudre chez les -105 kg. Aux Championnats du Commonwealth à Pune (Inde), Yvan Pierrot a décroché l’argent au même titre que Emmanuella Labonne et sa jeune soeur Ketty. Cette dernière s’est également illustrée aux Youth Games.
La participation de Roilya Ranaivosoa aux Championnats du monde aux États-Unis (Houston) où elle a pris une belle 13e place (première Africaine) dans la catégorie des -48 kg est également à mettre dans la liste des belles prestations. Roilya a été d’ailleurs, et de loin, la meilleure performeuse de la discipline. La MAWPA doit la remercier pour service rendue à la discipline au même titre qu’Yvan Pierrot. Nombre de records ont également été enregistrés par les leveurs de fontes. Comment passer sous silence également le travail du Directeur Technique National (DTN), le Roumain Urdas Constantin qui a su trouver la bonne formule pour permettre aux haltérophiles de se transcender.
Contrairement à l’année précédente où elle n’aura pu récolté que deux points, la MAWPA aurait pu faire beaucoup mieux (au moins la moyenne) mais tout n’a pas été parfait cette année. C’est bien le cas de dopage qui fait polémique, contrôlé positif à un stéroïde anabolisant (stanozolol) tout comme ce fut le cas pour Anthony Madanamoothoo un an plus tôt. Le dopage fait tâche au sein d’une fédération et aussi pour ce sport car cela occasionne des suspicions par rapport aux performances réalisées. Deux leveurs de fonte ont été testés positifs en l’espace de deux ans. Il ne faudrait pas que ça devienne une habitude pour Poorun Bhollah et sa bande. D’ailleurs c’est le 7e cas de dopage de cette discipline. Triste record qui devrait bien évidemment être revu à la baisse,sinon à zéro.