Il est un des incontournables des inconditionnels du reggae. Jah Cure, l’enfant rebelle de la Jamaïque qui a construit sa carrière en prison, sera le principal invité du Reggae Love Festival. Un événement prévu le samedi 7 octobre au stade Anjalay de Belle Vue. 
Jah Cure est une des nouvelles grosses pointures du reggae. Destin exceptionnel pour ce chanteur, dont les principaux titres comme Never Find, Call On Me, Unconditional Love, représentent les nouvelles crues de la Jamaïque. Le Reggae Love Festival, prévu le 7 octobre au stade Anjalay de Belle Vue, permettra à celui qui a joué dans de nombreux festivals dans plusieurs pays de rencontrer le public mauricien. Également au programme de ce rassemblement : Jahrimba (des Seychelles), Lin, The Prophecy, Jason Heerah, Natty Gong, Natir de Chamarel, Im Borhini et Caro Perne. Les DJ qui compléteront le programme sont DJ Teddy Jam (de Dubayy), DJ Notnyce (des Seychelles) et DJ Blind.
Surfant sur la vague love, Jah Cure a la particularité d’avoir construit sa carrière alors qu’il purgeait une peine de huit ans. En 1998, il est arrêté quelques jours avant la sortie de son premier album pour une affaire de viol. Quelques années plus tôt, il avait commencé à fréquenter des artistes comme Sizzla et Capleton. C’est d’ailleurs ce dernier qui lui donnera le nom de Jah Cure. En 1997, le chanteur improvise une chanson avec Sizzla (qui deviendra King In The Jungle) dans la voiture de ce dernier. Une fois arrivé au studio, Jah Cure, qui répète son couplet dans un coin, se fait repérer par le chanteur-producteur Beres Hammond.
 
Freedom Blues.
Arrêté, Jah Cure clame son innocence et déplore un procès inéquitable. Il est condamné à quinze ans de prison. Son nom commence à se faire connaître dans le monde du reggae. C’est donc en prison que la légende va se construire. Grâce à un programme de réinsertion, Jah Cure bénéficiera du droit d’enregistrer sa musique. Certains morceaux deviennent vite de véritables hits, comme Love is the solution. Son travail sera réuni sur trois magnifiques albums, Free Jah Cure (2000), Ghetto Life (2003) et Freedom Blues (2005). Jusqu’à sa libération, Jah Cure continuera à marquer régulièrement les riddims, comme avec Longing For sur le Season Riddim de Don Corleon, sorti en 2004. 
Libéré le 28 juillet 2007, il s’est marié et a eu une petite fille. Jah Cure a sorti deux autres albums, The Universal Cure en 2009 et World Cry en 2012. Il a aussi cartonné avec le hit That Girl. Son nouvel album, sobrement intitulé The Cure, est sorti en 2015. Le premier extrait, Life We Live, est déjà un succès. 
Les billets pour ce concert sont en vente jusqu’au 30 septembre à Rs 500, Rs 700 et Rs 1,200. Ils passeront ensuite à Rs 700, Rs 900 et Rs 1,500. Hotline : 57-37-55-56, 59-74-31-00.