Avec pas moins 9 questions de parlementaires qui n’ont obtenu strictement aucune réponse, Leela Devi Dookun-Luchoomun est la plus mauvaise élève du Conseil des ministres. Qui plus est, la majorité des questions a curieusement porté sur le 9-Year Schooling. Les grands silencieux irrespectueux de leurs pairs parlementaires sont Vishnu Lutchmeenaraidoo avec 4 questions restées sans réponse, Anil Gayan dont la posture ne devrait étonner personne qui a ignoré 3 interpellations suivis d’Etienne Sinantambou, et de Xavier Duval (2), de SAJ, de Fazila Jeewa-Daureeawoo, de Raj Dayal, de Nando Bodha, de Showkutally Soodhun, de Mahen Seeruttun et de Roshi Bhadain qui ont chacun 1 question non répondue à leur compteur.
Ces statistiques sont tombées le 14 décembre et elles sont intéressantes et instructives. Sir Anerood Jugnauth fait bien mieux que son prédécesseur Navin Ramgoolam qui avait totalisé 100 questions non répondues au terme de son mandat.
Une des questions qui n’a pas eu de réponse est celle de Rajesh Bhagwan qui portait sur le nombre de conseillers comme Prakash Maunthrooa, toujours empêtré dans l’affaire Boskalis, Dev Beekharry, le responsable de communication, et le transfuge Jean-François Chaumière. Avec ce nombre, on ne comprend vraiment pas pourquoi il a été si difficile de compiler les informations demandées par le whip du MMM. A moins que le problème ne soit le nombre de conseils d’administration sur lesquels ces conseillers siègent, Air Mauritius et BOI, pour ne citer que deux pour Prakash Mauthrooa, Gambling Regulatory Authority et Mauritius Duty Free Paradise, entre autres, pour Dev Beekharry et pour lesquels ils sont aussi rémunérés. La plus grosse surprise de ces statistiques reste sans contexte la ministre de l’Éducation et ses neuf questions non répondues. Les trois interpellations sur le 9-Year Schooling sont de Ritish Ramful, de Veda Baloomoody qui a répété sa demande de clarifications les 13 octobre et 10 novembre et de Marie-Claire Monty. Les autres questions sur l’Education qui n’ont pas trouvé de réponse sont de Ritish Ramful sur la drogue synthétique dans les collèges et sur les admissions à l’Université de Maurice, de Veda Baloomoody sur la situation financière de l’UOM et sur les doléances reçues quant au contenu ambigu de certains questionnaires du CPE.
“Government is government, government  decides”
Les 4 questions auxquelles le ministre des Finances n’a pas répondu concernent  l’uniformisation des frais bancaires (Kavi Ramano), le Build Mauritius Fund (Alan Ganoo), le développement dans le port, le Central Statistical Office et l’introduction d’un Well Being Index (Sudhir Sesungkur) et le sort des too big to fail dans le sillage de la chute de l’empire BAI (Joe Lesjongard). Quant à Anil Gayan, à moins qu’il ne s’en tienne à sa désormais célèbre formule “government is government, government decides”, il n’a pas cru bon de répondre aux questions d’Alan Ganoo sur les commentaires de l’expert réunionnais sur la méthadone; du Dr Zouberr Joomaye sur le recrutement controversé de médecins sur pouvoirs délégués de la Public Service Commission et de Ritish Ramful sur le fléau de l’alcoolisme.
Les deux ministres qui n’ont pas répondu à deux questions sont Xavier Duval et Etienne Sinatambou. Le premier a envoyé balader Danielle Selvon et sa question sur le port initialement destinée aux finances qui a été redirigée sur le ministre responsable du port et Veda Baloomoody qui avait évoqué le sort qui sera réservé au pêcheur artisanal avec les développements annoncés dans la région portuaire et le second n’a pas daigné communiquer à Adil Ameer Meea la liste des nouveaux ambassadeurs, les pays dans lesquels ils sont affectés et leurs conditions d’emploi, et à Reza Uteem sur la position de Maurice vis-à-vis de la République arabe Sarhaouie.
 Visite spectaculaire à            Cité-Bon-Dieu
Ont zappé une question chacun les ministres suivants : Fazila Jeewa-Daureeawoo qui n’a pas fourni à Danielle Selvon le nombre de personnes qui se sont plaintes de ne plus recevoir d’allocations sociales, Showkutally Soodhun qui a oublié de dire à son bon ami Alan Ganoo, avec qui il avait effectué une visite spectaculaire à Cité-Bon-Dieu, quels sont les projets de logement social prévus au No 14, Nando Bodha qui n’a jusqu’ici pas communiqué, Manish Gobin quand les écoles de la Flora et de Grand-Bois seront remises en état, de Mahen Seeruttun qui n’a pas encore jugé utile de dire à Ezra Jhuboo ce qu’il pense de la situation chaotique qui règne à l’île-aux-Bénitiers, Roshi Bhadain qui a refusé d’en dire plus à Shakeel Mohamed sur sa participation à une conférence à Saint-Pétersbourg et Raj Dayal qui n’a pas répondu à Alain Aliphon sur les mesures envisagées pour atténuer les risques de glissement de terrain à Hermitage.
A l’année prochaine pour savoir si cette pratique ministérielle s’est améliorée ou si elle a, au contraire, empiré.