AFFAIRE YERRIGADOO : L’Attorney General doit démissionner, selon Navin Ramgoolam

Après les allégations de blanchiment d’argent contre Ravi Yerrigadoo, le leader du Parti Travailliste, Navin Ramgoolam, estime que « l’Attorney General doit démissionner ». « Se enn de pli gro scandale ki zame monn tande kont enn Attorney General ».
Entouré des membres de son parti, lundi, pour un dépôt de gerbes au samadhi de sir Satcam Boolell à Vallée-des-Prêtres, l’ancien Premier ministre a également fait une brève déclaration sur le projet Metro Express et les incidents à La Butte et à cité Barkly. Il a soutenu que l’ancien gouvernement « avait pris beaucoup de précautions pour enlever le minimum de structures ». Citant l’exemple du projet mort-né “Dream Bridge”, Navin Ramgoolam a rappelé que son gouvernement avait lancé le « tender » et que le tracé était également finalisé. « Six familles dont les maisons devaient être démolies avaient déjà reçu leurs lettres », explique-il. Un dénommé Mons Chiffone, concerné par cette démolition, l’avait rencontré en présence de l’ancien ministre Anil Bachoo. « Comme il avait perdu la vue, il ne voulait pas que sa maison soit démolie. Il voulait rester sur place ». Navin Ramgoolam avance avoir demandé à son ministre des Infrastructures publiques de trouver un tracé alternatif, tout en assurant à la personne concernée que les autorités ne toucheraient pas à sa maison. « Faute d’un autre tracé, le projet Dream Bridge avait été gelé », avance le leader du PTr.
Ce dernier s’était réuni avec d’autres membres de son parti, dont Arvin Boolell, fils de sir Satcam Boolell, pour une prière sur le samadhi de ce dernier. À un moment donné, avant l’arrivée du leader du parti, un sympathisant a exprimé son mécontentement concernant la présence d’un individu, autrefois proche du Mouvement Liberater (ML). « Ti pe trouv li lor télévision avant pe tire foto avec Ivan Collendavelloo. Ki li pe fer la ? », s’est exclamé ce sympathisant. Les membres du PTr l’ont calmé en lui faisant comprendre que c’est une cérémonie pour rendre hommage à sir Satcam Boolell et que tous étaient les bienvenus. Finalement, le dépôt de gerbes s’est déroulé dans le calme.


MTM : Vasant Bunwaree demande à Yerrigadoo de “step down
Suite aux allégations de Mohamad Hussen Abdool Rahim incriminant l’Attorney General, Ravi Yerrigadoo, pour blanchiment de fonds estimés à un million d’euros (Rs 40 millions) ainsi que l’ouverture de comptes à Genève et Dubaï, Vasant Bunwaree, président du Mouvman Travayis Militan (MTM), lui demande de “step down”. « Ce sera à son honneur s’il arrive à prouver qu’il n’y a rien contre lui. Il pourra reprendre son poste après ».
Vasant Bunwaree, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à Port-Louis, a abordé plusieurs sujets qui dominent l’actualité. Il a ainsi suggéré au gouvernement d’organiser un forum officiel sur le projet Metro Express pour réunir des représentants de l’ambassade de l’Inde, des experts de Larsen & Toubro, des techniciens du ministère des Infrastructures publiques, des ONG et des membres du public afin « de trouver des solutions aux problèmes causés par ce projet ».
Vasant Bunwaree estime qu’il faut amender la Landlords and Tenants Act, qui date de « trop longtemps », et créer un cadre légal pour donner la possibilité à la population d’exprimer son opinion à travers un référendum. « Un référendum à Maurice comme pour le projet Metro Express aurait été l’idéal. On ne comprend toujours pas pourquoi le gouvernement veut aller aussi vite. Un gouvernement responsable n’aurait pas demandé aux gens de libérer le tracé et de quitter leur terrain du jour au lendemain. Les responsables n’ont pas pris en considération l’aspect humain, psychologique et émotionnel. Il y a eu une mauvaise communication. Il n’y avait aucune communication entre les parties concernées dès le départ. Valeur du jour, on ne sait pas encore qui sont les endroits qui nécessitent un Environmental Impact Assessment (EIA) et on ne sait pas si une étude a été faite sur le tracé du projet. L’appropriation des terrains a causé un énorme préjudice à ces familles. Il est normal que celles-ci réclament de l’argent à l’État », soutient-il. « Il y a des éléments qui doivent inévitablement être inclus dans le projet Metro Express tels que les installations électriques, qui n’ont pas été mentionnées jusqu’ici. Komie sa pou koute ? »
Selon lui, ce projet pèsera lourd dans le budget de certaines familles mauriciennes qui doivent prendre le bus avant d’aller prendre le métro. « Sa dimounn ki sorti Vallée-des-Prêtres par bus ek ki bizin al Caudan pou pran metro, li pou oblize debours de fwa plis larzan. Gouvernman pe dir ki prix tike metro pas pou ogmante. Letan proze-la pour realize, lerla nou ava gete ki kantite ogmantasion pou ena », affirme Vasant Bunwaree.
Concernant le Premier ministre et la MBC, le président du MTM trouve « regrettable » qu’il y ait « une utilisation abusive » et quotidienne de la part du PM pour faire croire à la population que son gouvernement met les bouchées doubles pour réaliser tous les projets annoncés dans son programme. « C’est le contraire. C’est de la mauvaise publicité. C’est plus de tort à son image. Un Premier ministre doit donner l’exemple. Il est inconcevable qu’il passe tout son temps, presque quotidiennement dans des fonctions à droite et à gauche. » Vasant Bunwaree a ensuite fait part de son intention de solliciter ses amis du PMSD pour leur demander de poser une question dès la rentrée parlementaire sur le nombre d’heures qui ont été allouées à Pravind Jugnauth par la MBC depuis qu’il a remplacé son père. « Bizin fer enn audit pou nou kone », dit-il.