L’arrestation d’Atma Shanto jeudi dernier, qualifiée « d’arbitraire » par ses pairs, a été rapportée au Bureau international du travail. C’est ce qu’a indiqué Radakrishna Sadien, de la Government Services Employees Association, qui s’en est occupé personnellement. Il estime que cette arrestation « relève de la répression » et se demande « comment la police peut être aussi prompte à arrêter un syndicaliste, accusé de diffamation, dans le cadre d’un litige industriel, alors que des politiciens disent toutes sortes de choses contre leurs adversaires sans être inquiétés ».

Pour rappel, Atma Shanto, syndicaliste, avait été arrêté le jeudi 28 juin pour avoir tenu des propos jugés « diffamatoires » envers un membre de l’Employment Relations Tribunal. Les faits se seraient produits lors d’une manifestation à Roche-Bois le 23 mars dernier. Atma Shanto avait été traduit en Cour intermédiaire. Toutefois lors de sa comparution, il a refusé de payer sa caution et une reconnaissance de dette de Rs 10 000 et Rs 600 respectivement. Il avait alors été conduit en cellule à la prison de Beau-Bassin.