Profitant de la période festive, le département des Beaux-Arts du Rabindranath Tagore Institute (RTI) accueille depuis fin novembre une exposition d’art regroupant quelques-uns des meilleurs pinceaux connus de Maurice ainsi que des nouveaux qui se sont joints au paysage artistique de l’île. L’exposition ayant pour thème “Landscape/Seascape/Cityscape” explore la créativité dans une multitude de couleurs et de techniques… C’est la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, qui a procédé à son vernissage en présence, entre autres, du haut-commissaire indien à Maurice, Anup Kumar Mudgal, de la directrice du MGI-RTI, Sooryakanti Nirsimloo-Gayan, et de l’Officer in Charge du RTI, Mala Chummun Ramyead.
Le visiteur commence ce voyage par la contemplation de trois tableaux accrochés en face de l’entrée : Vestiges qui représente l’esthétisme d’Amrita Dyalah, Régates, avec les couleurs vives de Saïd Hossanee, et L’évasion bleue de Kamini Lenette, jouant avec les nuances de turquoise et d’émeraude. Chacun a laissé libre cours à son inspiration. À droite du premier tableau présentant un paysage automnal, de Hemraz Boodhoo, le visiteur passe à un semi-abstrait, portrait de l’usine sucrière de Belle-Vue, signé Fabien Cango, qui est juxtaposé de celui du paysagiste Yves David, Rivière des Lataniers. Nirmala Luckeenarain présente, quant à elle, une aquarelle, une maison coloniale, intitulée Patrimoine mauricien. Le visiteur aura aussi du plaisir à voir l’abstrait de Moorthy Nagalingum, La Digue s’y prête, avant de passer à Far away, de Malini Jeewon Callimootoo. Les nouveaux centres commerciaux et autres développements du pays n’ont pas manqué d’inspirer certains, dont Kavinash Thomoo, qui expose un tableau réalisé à partir de peinture à l’eau et d’encre, de même que From Verdun to Cybercity, présenté par Micheal Lalljee. La légèreté de l’aquarelle apporte de la fraîcheur au paysage de Vynaud Dausoa, qui traite pourtant d’un sujet grave puisqu’il s’agit de la représentation du Canal Dayot après les inondations meurtrières de mars 2013. Le visiteur découvrira le travail de Sharmila Gourdeal-Chu, qui présente Golden Groove trio, avant de s’arrêter devant la présentation quasi-symbolique du paysage de la montagne Rempart de Geeta Ramparsad, intitulée Passé recomposé. La peinture est réalisée sur deux canevas : un petit posé sur un plus grand donnant l’impression qu’une partie du paysage vient d’un passé antérieur. À travers Révélation, l’on ne peut s’empêcher de s’immiscer dans l’intimité artistique d’Angele Angoh. Salonee Lallah, elle, amène le visiteur dans Edge of falls.
Narvina Marday vient avec un collage multicolore présentant une régate dans la baie de Grand-Port. Un tableau qui fait écho aux deux autres paysages sous-marins en termes de couleurs puisque les techniques et les styles diffèrent. Il s’agit de Bottom of the sea de Prema Dhunnoo-Geerjanan et de Sea Life de Rambha Treebhoobun.
Le visiteur poursuit ce voyage avec la découverte d’un magnifique tableau de Sarada Lutchmaya Luxe, calme, et volupté. Stanley Harmon a opté pour le mix media avec Vive La Compagnie. Inspirée par la spiritualité, Shalini Ramyead Sibartie présente A view from above tout comme Dewakarsingh Authelsingh, Positive self. Le visiteur ne peut manquer Le Morne-Reflection, de Kushima Authelsingh, qui est de la même veine.
Le retour dans le vestibule principal est marqué par l’image d’un flamboyant sur un fond de décor blanchâtre et bleu. Il s’agit d’une représentation d’un entrepôt près de l’Église St-Antoine, à la sortie Nord de Port-Louis, par Munavvar Namdarkhan. La visite s’enchaîne avec une peinture de Sabeer Bahadoor. Point de titre, mais les deux cadenas peints en gros plan témoignent du temps qui passe sur la ville. Par ailleurs, Nishal Purbhoo présente Nou trésor. Manoj Auckel exploite quant à lui les lignes, les formes et les volumes urbains, où les routes se confondent avec les bâtiments et les panneaux de signalisation dans une architecture quelconque, dans City by night. Sylvio de Lapeyre l’emmène rue du Vieux Conseil, à Port-Louis, et Kalindi Jundoosing, à La Boutique Ah Kong. Aslam Mohangoo a choisi une thématique marine avec un diptyque, Retour de pêche. Deepa Bahadoor poursuit ses travaux d’exploration de la canne à sucre avec Dark Spot. Dev Chooramun rend hommage à Rodrigues, avec son Solitaire, un tableau qu’il surnomme Unspoiled nature – Rodriguan gift.
Cette exposition donne aussi l’occasion de voir le travail de Chendraya Kunniah, avec State II… Landscape, Pushyami Narsiah présentant Untitled et Rameshwaram Rughoobur Annihilation.
L’exposition est ouverte pendant tout le mois de décembre : du lundi au vendredi de 9 h à 16 h, le week-end et jours fériés jusqu’à midi. Les peintures sont en vente à partir de Rs 4 000. Entrée gratuite.