La petite délégation qui a pris part aux Championnats d’Afrique seniors, il y a un peu plus d’une semaine, à Marrakech, au Maroc, est rentrée au pays. Offrant l’occasion à l’entraîneur national Joël Sévère de dresser son bilan. Avec une médaille d’argent pour le décathlonien Guillaume Thierry et une de bronze pour Jessika Rosun au javelot, il confie son sentiment de satisfaction. Il s’est dit notamment impressionné par le progrès accompli par le sprinteur Jonathan Permal. Après un 10:46 réalisé sur 100m, lors des Jeux du Commonwealth à Glasgow en Ecosse, Jonathan Permal a disputé les demi-finales du 100 et 200m, au Maroc. Il est, qui plus est, descendu à deux reprises sous les 21 secondes au 200m. Ce qui fait dire à Joël Sévère: « Jonathan Permal est encore très jeune et je suis convaincu qu’il ira très loin lors des Jeux olympiques de 2016, à Rio (Brésil). »
En quittant Glasgow pour Marrakech, Joël Sévère nous confiait qu’il s’attendait à beaucoup mieux de l’équipe qui allait défendre les couleurs mauriciennes au Maroc. Il n’a donc pas eu tort puisque le groupe est rentré au pays avec une médaille d’argent et une de bronze. « Je ne peux qu’être satisfait de ce qui a été réalisé à Marrakech. L’équipe est composée de jeunes et de quelques anciens : si nous continuons à aider ces jeunes, la relève sera assurée. Il faut de la patience et donner le temps nécessaire à ces jeunes de progresser. »
Après le bronze à deux reprises, soit en 2010 au Kenya et en 2012 à Bénin, Guillaume Thierry a franchi un pallier en remportant la médaille d’argent au décathlon. Avec un total de 7 312 points, il a devancé le Ghanéen Nyamadi Atsu (6 946 points), alors que la médaillé d’or a été remportée par l’Algérien Larbi Bourrada (8 311 points). Pour Joël Sévère, le décathlonien a réalisé une bonne performance en améliorant sa position. « Je dis qu’il ne faut pas comparer les performances. Nous avons évolué sous une forte chaleur (40 degrés) et ce n’est guère pareil lorsqu’il avait établi un nouveau record national. Le décathlon se dispute sur deux jours et je trouve que Guillaume a bien fait dans les conditions qui ont prévalu à Marrakech », a-t-il indiqué.
Permal peut aller très loin au JO de 2016
Pour ce qui est de Jessika Rosun, l’entraîneur national trouve qu’elle s’est bien rachetée après sa mauvaise performance de Glasgow où elle avait lancé à 47m39 : la seule fois cette année où elle a réalisé un lancé de moins de 48m. Lors de ces Championnats d’Afrique, Jessika Rosun a réalisé 48m04 et est devancée par la Ghanéene Mary Zuta Nartey (52m57) et la Sud-Africaine Sunette Viljoen (65m32). « A part la Sud-Africaine, toutes les autres participantes pouvaient aspirer au podium. J’ajouterai que la Ghanéene a, elle, réalisé sa meilleure performance de l’année. Ce qui est intéressant, c’est que Jessika a rebondi après sa mauvaise perfomance à Glasgow. Elle a gagné en maturité et a progresé. A sa première participation, elle avait fait 9e, puis 6e, avant d’être troisième. Ce qui est important, c’est que Jessika est encore jeune (23 ans) et a tout l’avenir devant elle », a souligné Joël Sévère.
D’autre part, l’entraîneur national s’est dit très satisfait des performances réalisées par Jonathan Permal au 100m et 200m. A deux reprises, il est descendu sous les 21 secondes sur le demi tour de piste. Lors du premier tour, il a réalisé un chrono de 20:98 pour accéder aux demi-finales avant d’arrêter le chrono à 20:85 ratant une place en finale de deux centièmes seulement. Au 100m, il a réalisé un 10:60, puis un 10:49 en demi-finale, améliorant pour la troisième fois et ce, en deux mois seulement, sa performance sur cette distance (10:57 en Jamaïque, puis 10:46 en Ecosse). « Jonathan est sur pente ascendante et ne cesse de progresser comme en témoignent ses performance à ces championnats. Je pense aussi qu’il y a quelques réglages à faire au niveau de son départ pour qu’il soit encore plus performant. Je souhaite qu’il reste le numéro un au sprint », a fait ressortir Joël Sévère.
Ce dernier a rappelé qu’il n’y a que deux sprinteurs qui sont descendu à 20:85, notamment Stephane Buckland et Fabrice Coiffic. Réaliser une telle performance, alors que Jonathan Permal n’est âgé que de 20 ans, prouve son énorme potentiel, a poursuivi Joël Sévère. « Jonathan va progresser davantage. C’est un potentiel représentant aux Jeux olympiques de 2016 et je demeure convaincu qu’il faut aller très loin au cours de cette compétition. »