La quatrième journée d’athlétisme a vu Maurice remporter trois nouvelles médailles, au stade Paul-Julius Bénard. Les trois distinctions sont venues des deux quatuors du 4×100 m, hommes et dames, ainsi que de Bernard Baptiste, sacré au poids. La bonne nouvelle vient des filles du 4x100m, qui ont fait tomber un record qui devait fêter ses 25 ans dans trois semaines.
Elles en ont rêvé, elles l’ont fait. Joanilla Janvier, Aurélie Alcindor, Stéphanie Guillaume et Amélie Anthony ont pulvérisé l’ancien record de Maurice du 4×100, réalisé il y a près de 25 ans par Nadine Benoît, Sandra Govinden, Corinne Toussaint et Jane Thondoojee.
« On a beaucoup misé sur l’équipe. On savait que la course serait dure », admet Stéphanie Guillaume. Opposées aux Réunionnaises qui évoluaient devant leur public, les Mauriciennes savaient qu’elles n’avaient pas droit à l’erreur. « Étant la plus expérimentée du groupe, j’ai choisi de mener l’équipe », lâche Stéphanie Guillaume.
Comme un clin d’oeil du destin, Nadine Benoît assistait à la course qui a vu les filles abaisser la marque de 46”01 à 45”89. Éric Milazar, l’ancien sprinter, jubile lui aussi. Pour lui, c’est le fruit du travail accompli depuis un an. « Nous avons pris l’équipe au bon moment. Depuis les Seychelles, où elles avaient pris l’argent, les filles ont commencé à travailler le relais ».
Les six filles retenues se sont donc focalisées sur l’aspect technique de la course. « Il y a aussi Élodie Pierre Louis et Jessica Marie, les réservistes. Je tiens à dire un grand merci aux entraîneurs et à l’Association mauricienne d’athlétisme de m’avoir fait confiance ».
Un peu plus tard, le quatuor masculin marchait sur les traces des filles, sans le record toutefois. Jonathan Permal, Jean-Yan Degrâce, Fabrice Coiffic et Julien Meunier ont offert à Maurice sa deuxième médaille d’or, en dominant dans la dernière ligne droite l’équipe de La Réunion, composée de Sébastien Dinot, Hajatian Randrianasolo, Anilha-Edinho Dermont et Yann Randrianasolo.
Chrono stoppé à 40”35 pour Maurice, contre 40”57 pour La Réunion. « Je dirai que la suprématie a été rétablie à 75%. Cette médaille d’or, je la voulais vraiment. Maurice n’a jamais perdu le relais 4×100 m depuis 1993 », raconte Fabrice Coiffic. Julien Meunier, lui, exultait. « C’est une équipe de confiance. Je tiens à remercier Daniel André et Stephan Buckland pour leur soutien », poursuit le coureur.
La troisième médaille est venue de Bernard Baptiste au lancer du poids, avec un jet de 16,39m. Grand favori du concours, il n’a pas déçu son public. Certes, il a eu affaire à une rude concurrence, mais il s’en est sorti. « Je voulais cette médaille. Même si j’étais le favori, elle n’était pas acquise d’avance », note le lanceur.
En effet, parmi ses concurrents, on retrouve le Réunionnais Nicaise Jeannet et le Mauricien Sylvain Pierre-Louis, deuxième et troisième respectivement, avec des jets à 15,51 m et 15,12 m. « Cette médaille d’or représente beaucoup pour moi. C’est la somme de tous les sacrifices, surtout quand je réalise que je n’étais pas sur le podium en 2007. Le titre allait toujours à La Réunion. Nous devions le ramener chez nous ».
Si Baptiste affichait le sourire, Pierre-Louis savourait un peu différemment sa médaille de bronze. Seulement troisième, à trois centimètres de la médaille d’argent, il peut nourrir des regrets. « J’avais déjà un concurrent en Bernard. Mais  j’ai souvent été blessé cette saison ». Qu’en est-il du triplé raté de Maurice ? « J’espère qu’on va le réaliser en 2019 ».
Le camp mauricien a vécu une petite déception avec la deuxième place de Guillaume Thierry au décathlon. Le Mauricien a échoué à 207 points du Réunionnais Ruben Gado. « J’ai fait le maximum. Mais je savais déjà que ce serait difficile. Il n’empêche que je suis déçu, parce qu’il y a ma famille qui a fait le déplacement ».
La dernière journée de compétition verra en lice le 1500 m en fauteuil, tout comme le concours de disque masculin et le saut à la perche féminin. Les relais 4×400 m (hommes et dames) clôtureront la compétition d’athlétisme à 18h35.