Après le lancement de motoécoles pour tenter de freiner le nombre d’accidents de la route impliquant des deux roues à travers une formation adaptée aux aspirants conducteurs de motocyclettes, le gouvernement lance cette fois une formation pour les moniteurs d’auto-écoles. Ils auront jusqu’au 16 juillet pour soumettre leur application.

Un communiqué du ministère des Infrastructures publiques indique que la formation à pleintemps durera six mois et sera entreprise en collaboration avec la police. Le cours comprendra une partie théorique à travers différents modules ainsi qu’une partie technique par les formateurs professionnels, et ce dans un centre de formation équipé.

Pour être un candidat éligible, il faudra d’abord être détenteur d’un permis de conduire d’au moins cinq ans. Il faut également avoir son HSC, être sain de corps et d’esprit et n’avoir jamais été inquiété par la police depuis dix ans. De plus, il est exigé de n’avoir pas été arrêté pour des délits mineurs pour une période de cinq ans. Par ailleurs, l’aspirant moniteur doit assurer qu’il n’a jamais été disqualifié sous l’article 123AG de la Road Traffic Act ou arrêté pour des crimes graves sous la même législation. Enfin, pour ce poste, le candidat devra également avoir des connaissances de l’informatique et ne pas être âgé de plus de 40 ans.

Le communiqué stipule que les candidats choisis devront signer un « bond » avec le gouvernement. Après avoir complété leurs cours, les aspirants moniteurs pourront alors postuler pour un permis de moniteur pour voitures. Ceux intéressés par ce cours devront écrire au Senior Chief Executive, U. Rawoo, Ministry of Public Infrastructure and Land Transport (Land Transport Division), 12th Floor, Air Mauritius Building, John Kennedy Street, Port-Louis. Réagissant à l’annonce de ce communiqué, un moniteur d’auto-école de la capitale dit se réjouir. « Cette mesure me soulage car cela permettra d’empêcher d’exercer les moniteurs d’auto-écoles n’ayant pas de permis d’opération », dit-il.