BARBARA ET JEAN-CLAUDE DESVAUX DE MARIGNY : La flamme des artisans verriers

Délicates, uniques, les adjectifs sont nombreux pour évoquer les créations de Jean-Claude et Barbara Desvaux de Marigny, couple d’artisans verriers. C’est au sein de leur atelier boutique basé à Calodyne dans le Nord que ces deux passionnés font chauffer le verre et exploitent cet art. Le duo nous invite à une démonstration de leur savoir-faire.
Le verre est une matière qui, à chaud, devient vivante. “Et comme tout être vivant, nous devons faire face à ses caprices et surprises”, confient Jean-Claude et Barbara Desvaux de Marigny. Malgré sa fragilité et les difficultés, le verre étonne et offre une multitude de possibilités de création. C’est précisément ce que ce duo d’artisans verriers explore chaque jour entre les murs de son atelier boutique, baptisé Studio 44, à Calodyne.
Sous la flamme du chalumeau, Barbara Desvaux de Marigny travaille le verre à chaud. En à peine quelques secondes, les bâtons de verre fondent comme du caramel et fusionnent sous la flamme, donnant naissance à de ravissantes perles colorées dont l’éclat s’intensifie à la lumière. À partir de baguettes de verre, la Sud-Africaine façonne ses perles au chalumeau. Une fois la matière à l’état visqueux, elle commence à la travailler autour d’une tige. Étape par étape une petite sphère naît, transparente ou opaque, unie ou multicolore, avec ou sans décorations apposées. Les gestes sont d’une grande précision et d’une infinie dextérité.

Geste précis.
Le verre au chalumeau est une technique différente de celle du souffleur de verre. “Chaque étape demande une grande habileté manuelle et de la rigueur. C’est nécessaire pour créer des formes, pleines ou creuses, en tournant à la main d’un geste régulier des tubes ou des baguettes de verre sous la flamme d’un chalumeau”, précise l’artisan verrier. Elle a choisi de travailler principalement avec du verre Murano, connu comme étant parmi les plus beaux et d’une grande qualité. Une fois le verre malléable, elle l’étire, le tord ou le file. Pour obtenir des bulles ou des renflements, elle précise qu’il suffit de “souffler doucement dans un tuyau en caoutchouc souple que je fixe au tube de verre”. Et afin d’offrir une longue vie à ses pièces, Barbara Desvaux de Marigny les cuit au four, apportant ainsi une résistance supplémentaire aux chocs. Bracelets, colliers, bagues, broches, les perles sont à la base d’une étonnante collection de bijoux.

À chacun son univers.
La perle n’est pas la seule activité du Studio 44. Sur place, le verre se transforme grâce à d’autres techniques. Si Jean-Claude Desvaux de Marigny partage cette passion commune avec sa femme, lui préfère mettre en avant son talent d’artiste à travers la création et la restauration de vitraux, le fusing, la peinture sur verre ou encore les pièces de verre moulées. Dans l’espace de Monsieur, les créations sont bien plus imposantes. Plats, assiettes, photophores, lampadaire jusqu’au vitrail que Jean-Claude Desvaux de Marigny nous décrit comme étant “avant tout une œuvre, une peinture avec ses abstractions, une esquisse qui se décompose comme un puzzle”. Contrairement à sa compagne, il utilise les moules où il dispose une pièce de verre. La première étape consiste à tailler la plaque de verre en fonction du format souhaité. Le verre plat est découpé au diamant, à la molette ou à la pince. Le verre découpé sera ensuite peint et posé sur un moule dont il va épouser les formes en chauffant dans le four.

De passion à gagne-pain.
Cet artisanat de verre existe depuis 2003. Plusieurs années d’expérience mises en évidence dans cette boutique garnie de pièces uniques et colorées. Un peu à l’image de ce couple atypique. “La plupart des couples s’unissent par amour. Le nôtre est particulier parce que nous sommes unis par amour et passion pour le verre”, plaisantent Barbara et Jean-Claude Desvaux de Marigny, avant de nous confier que “tout commença comme une activité que nous pensions faire à la retraite. Sauf que nous avons tellement été pris par cette passion que nous ne pouvons plus nous en passer”. Avant de tomber sous le charme du verre, Barbara Desvaux de Marigny était dans l’administration, et son époux dans le domaine de la construction. C’est en 1989 lors d’un voyage en France qu’ils découvrent les vitraux. Ils sont aussitôt séduits. De là, ils suivent une série de cours de l’Australie à l’Afrique du Sud, sur la fusion du verre, les vitraux et même la confection de billes, ce dont Madame a fait sa spécialité. Depuis 2007, Jean-Claude Desvaux de Marigny se consacre totalement aux créations en verre. Une décision qui n’était pas sans risque car “les gens ne pensent pas forcément à l’artisanat quand ils pensent et désirent s’acheter des objets en verre. De plus c’est un domaine qui demande beaucoup d’investissements car nous ne trouvons ni la matière première ni les équipements à Maurice. Il faut tout importer”. Raison pour laquelle sa femme attendra encore cinq ans dans son emploi initial pour faire vivre le studio et l’établir financièrement avant de rejoindre son compagnon pour partager leur passion commune pour la création.
Aujourd’hui, les deux complices au travail et dans la vie sont les seuls artisans verriers à Maurice. Billes marbrées, vitraux, tableaux, le verre n’a aucun secret pour ce duo talentueux et débordant de créativité. “Nos produits sont des pièces uniques et les combinaisons sont infinies”, souligne Jean-Claude Desvaux de Marigny. Avec sa complice, il espère poursuivre aussi longtemps que possible ses activités dans cet univers translucide et particulièrement esthétique puisque “l’étendue des créations est illimitée dans la verrerie, elle ne fait que des merveilles”.