La 27e journée de la Barclays Mauritius Premier League promet des étincelles. Le match au sommet, entre le leader Cercle de Joachim et son dauphin l’ASPL 2000, tiendra les promesses d’une joute de ce niveau. D’un côté, les Curepipiens, qui veulent garder l’avantage sur le reste du peloton, et de l’autre, les Port-Louisiens, qui chercheront à se rapprocher de leur adversaire du jour.
Malheur au vaincu. Une phrase qui, ce dimanche, à partir de 16 heures, au stade George V, prendra tout son sens. Il existe trois possibilités, ce dimanche : victoire de Joachim, victoire de l’ASPL et match nul.
Et dans chacune d’entre elles, c’est le Cercle de Joachim qui a l’avantage, du moins, sur papier. Explications. Une victoire des Curepipiens verrait leur avance passer de trois à six points en haut du classement. Une possibilité envisagée par Joe Tshupula, coach de l’équipe curepipienne. « Nous avons eu une préparation normale, sans trop se focaliser sur ce match. Ce qui nous a évité la pression de la rencontre », avance l’entraîneur.
Pourtant, il est le premier conscient des qualités de l’ASPL 2000. Selon lui, les Port-Lousiens ont des arguments à faire valoir. « Mais nous ne nous arrêterons pas à ces détails. Nous allons plutôt nous focaliser sur nos points forts et capitaliser là-dessus pour sortir le meilleur résultat possible. »
La deuxième possibilité, celle d’une victoire de l’ASPL 2000, fait sourire Sakoor Boodhun, l’entraîneur port-louisien. Pourtant, elle n’a rien d’une utopie, au vu de la forme de ses buteurs, dont Ludovic Lafoudre, auteur d’un quadruple contre Chamarel SC. « Le moral est au beau fixe. Le groupe va très bien. » Des raisons qui lui permettent d’espérer un succès contre l’adversaire du jour.
Si une victoire est bonne la bonne opération, il lui faudrait pourtant un succès d’au moins 2-0 pour remonter en tête du classement, à la différence des buts. Et pourtant, les Port-Louisiens ne ressentent aucune pression. « C’est un gros match, mais il n’est pas encore décisif. Il nous restera encore neuf rencontres à disputer », analyse-t-il.
La troisième possibilité, celle d’un match nul, sourirait, en fait, au Cercle de Joachim. Les protégés de Joe Tshupula maintiendraient leur avance de trois points. Les deux entraîneurs s’accordent à dire que l’adversaire du jour est pétri de qualités, et pourraient contrecarrer leurs plans.
« C’est un match qui peut nous sourire, mais nous n’y arriverons pas sur nous nous focalisons trop sur les qualités de l’ASPL 2000 », soutient Joe Tshupula.
Sakoor Boodhun, lui, voit en l’équipe curepipienne un adversaire de taille. « Ils ont une bonne équipe, ils tournent à plein régime. On aura du mal », avance-t-il.
Si les deux entraîneurs affichent une certaine sérénité, il n’empêche que l’infirmerie ne désemplit pas. Du côté du Cercle de Joachim, on devra pallier à l’absence de Denis Dookee, blessé depuis au moins quatre semaines.
Du côté de Port-Louis, Sakoor Boodhun devra faire sans le Camérounais William Narcis Site Taphu et le Malgache Olivier Randrianandrasama, dit Ronald, blessé à la cheville. Et une absence de taille, en la personne d’Adrien Botlar. « On devra compenser. Nous avons des joueurs qui peuvent faire le métier », conclut Sakoor Boodhun.