Cette année, selon une source au ministère du Travail, cinq ou six entreprises éprouvant des difficultés financières n’ont pas encore effectué le paiement obligatoire du boni de fin d’année à leurs employés comme le veut la loi.
La loi du Travail et tous les Remuneration Orders prévoient le paiement d’un boni de fin d’année aux employés avec le montant sujet à des critères de qualifications spécifiques comme à ceux qui auront travaillé pendant toute l’année ou en partie, pourvu qu’ils soient toujours en service à fin décembre. D’autre part, la End of Year Gratuity Act of 2001 fait également provision du paiement obligatoire du treizième mois.
Cette année, les employeurs avaient jusqu’au lundi 21 décembre dernier pour verser au moins 75 % du montant à leurs employés, soit cinq jours avant la Noël selon la loi. Celle-ci stipule aussi que les 25 % restants peuvent être versés avec le salaire de décembre, soit le dernier jour de travail de l’année. Toutefois, plusieurs entreprises choisissent de verser l’intégralité de la somme d’un seul coup.
« Le paiement du boni de fin d’année est entré dans les moeurs. Les entreprises ont déjà fait des provisions nécessaires dans leur budget », explique une source au ministère. Cependant, cette disposition de la loi n’est pas toujours respectée comme pour certaines entreprises en situation financière précaire. Les employés ont alors la possibilité de porter plainte au ministère du Travail, qui se charge d’enquêter sur les doléances reçues. Des démarches sont aussitôt enclenchées pour que le paiement soit effectué dans les plus brefs délais aux employés qui attendent cette somme non négligeable pour les dépenses telles que l’achat d’uniformes et matériels scolaires. Notre source rappelle que le non-paiement du boni de fin d’année est passible de poursuites.