CENTRES FINANCIERS: Maurice gagne deux places dans l’indice global

Maurice a progressé de deux places dans l’indice des centres financiers globaux (Global Financial Centres Index) dont l’édition de septembre 2017 vient d’être rendue publique par le China Development Institute de Shenzhen et le Z/Yen Partners de Londres. Maurice s’est classé 69e (sur un total de 92). Notre centre financier et celui de Johannesburg sont les deux seuls en Afrique subsaharienne à figurer dans ce classement.
Publié deux fois l’an (mars et septembre), la dernière édition du Global Financial Centres Index (GFCI) attribue une notation de 626 à Maurice par rapport à 603 en mars dernier quand le pays occupait la 71e position sur un total de 88 centres recensés. Les différents centres financiers sont répartis dans diverses régions et, placé dans celle du Moyen Orient/Afrique, celui de Maurice se retrouve au 8e rang. Le classement régional est dominé par Dubaï qui pointe au 18e rang mondial. Dubaï précède Abu Dhabi (25e mondial), Tel Aviv (34e), Casablanca (35e), Doha (45e), Johannesburg (48e), Bahreïn (51e), Maurice (69e) et Riyadh (77e).
Le rapport conjoint CDI-Z/Yen indique qu’il y a eu une chute de confiance dans les grands centres financiers. Des 25 principaux centres figurant dans le classement, 23 ont enregistré une baisse de notation. Les auteurs du rapport publié en début de semaine indiquent que le classement des cinq premiers centres n’a pas beaucoup évolué. Londres et New York préservent leurs deux premières places. En dépit de l’incertitude entourant les négociations du Brexit, le centre financier de Londres n’a perdu que deux points, soit le repli le plus faible au niveau des dix premiers au classement. Hong Kong, qui occupait la quatrième place en mars dernier, a ravi la troisième place à Singapour alors que Tokyo préserve son 5e rang. Le classement des dix premiers se complète avec, dans l’ordre, Shanghai, Toronto, Sydney, Zürich et Beijing.
Les auteurs du rapport font également ressortir que les centres financiers de l’Europe de l’ouest sont toujours volatils. Francfort, Dublin, Paris et Amsterdam ont amélioré leurs scores mais Zürich, Genève et Luxembourg ont cédé le pas. « Overall assessments for the European centres continued to fluctuate as people speculate about which centres might benefit from London leaving the EU », souligne-t-on. Pour ce qui est de la région Asie, tous les centres placés dans le top 10 ont subi un recul, Singapour, Tokyo et Osaka enregistrant des baisses marquantes. Dans la région Moyen Orient/Afrique, le rapport évoque le léger repli de Dubaï et de Casablanca alors que les autres centres ont amélioré leurs performances.
L’indice des centres financiers globaux publié par CDI-Z/Yen est basé sur une centaine d’éléments (instrumental factors) dont des mesures quantitatives fournies par des organisations/institutions internationales incluant la Banque mondiale, l’Organisation pour la Coopération et le Développement économique, les Nations unies et The Economist Intelligence Unit. Les auteurs du document tiennent aussi en compte des évaluations provenant des acteurs des centres financiers concernés à partir d’un questionnaire présenté en ligne. L’environnement des affaires, les ressources humaines, l’infrastructure, le développement du secteur financier et la réputation du centre sont les grands facteurs considérés pour l’établissement de l’indice.