L’urgente nécessité d’agir rapidement sur le dérèglement climatique pour sauver la planète a été soulignée mardi par le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui procédait au lancement officiel de la deuxième édition du comité d’action du Commonwealth Climate Finance Access Hub (CCFAH) basé à Maurice.

Le CCFAH a pour but d’aider les États membres en particulier les petits États insulaires en développement à mobiliser les ressources financières pour s’adapter aux effets du changement climatique. « Nous sommes dans une situation d’urgence. Nous ne pouvons plus adopter une attitude de business as usual. Le changement climatique aura des conséquences très sérieuses sur la survie même de notre planète », a affirmé le ministre.

Dans cette situation d’urgence, l’agenda de développement doit obligatoirement tenir compte des enjeux environnementaux. La protection de l’océan est une considération primordiale dans cette problématique. Le ministre des Affaires étrangères, qui préside aussi le conseil des ministres de la Commission de l’océan Indien, a annoncé l’organisation à Maurice d’une importante conférence régionale sur la sécurité maritime durant le mois d’avril prochain. La protection de l’écosystème marin sera un thème majeur à l’agenda de cette réunion.

Plusieurs pays du Commonwealth, en particulier les Small Islands Development States (SIDS), sont dans une situation de grande vulnérabilité face aux conséquences du changement climatique. Maurice fait partie des sept pays considérés comme les plus écologiquement vulnérables. Le ministre a fait état de l’érosion de nos plages et des averses qui s’abattent sur l’île continuellement depuis le début de l’année, et demande une prise de conscience pressante face aux nouvelles donnes.