Evoquant tout le déballage durant la semaine devant la Commission d’enquête sur la drogue quand de graves allégations ont, notamment, été formulées contre deux avocats proches du MSM et du gouvernement, Mes Raouf Gulbul et Sanjeev Teeluckdharry, Paul Bérenger, leader du MMM, dit espérer que le Premier ministre, Pravind Jugnauth, aura pris la mesure de « l’indignation générale » dans le pays. « Nous verrons jusqu’où il se montrera tolérant », dit-il. « Le MMM se prépare pour la partielle à Belle-Rose/Quatre-Bornes avec pour but de l’emporter », assure-t-il. A ceux qui en doutent, Paul Bérenger précise que son parti « s’occupera bien d’Arvin Boolell, candidat de Ramgoolam ». « Ces jours-ci, la démocratie mauricienne est très mal en point », dit-il. Pour cela, il suffit, selon lui, de voir ce qu’est advenu, d’une part, aux travaux parlementaires, de l’autre, au fonctionnement de la MBC TV. Pour lui, la situation s’est empirée dans les deux cas. Paul Bérenger rend, d’un côté, la Speaker, Mme Maya Hanoomanjee, de l’autre, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, responsables de ce qu’il juge être la « complète dégringolade » dans le niveau des débats à l’Assemblée nationale. « Alors qu’elle avait l’occasion de briller à ce poste, en deux ans, Maya Hanoomanjee semble n’avoir rien appris de ce que devrait être le rôle d’une Speaker », trouve-t-il.
Paul Bérenger critique, dans le même contexte, la manière par laquelle le Premier ministre s’y prend pour répondre aux interpellations qui lui sont adressées. Il trouve, en outre, que Pravind Jugnauth s’est montré « indigne et honteux » lors du résumé des débats budgétaires. Pour lui, avec la Speaker, ce dernier porte une « lourde responsabilité » dans la détérioration de la qualité des travaux parlementaires. Parallèlement, Paul Bérenger estime que dans son fonctionnement, la MBC TV est « pire que jamais. Je n’aurais jamais pensé que l’on pouvait faire pire que ce qui se faisait à l’époque de Calikan sous le précédent gouvernement Ramgoolam ».
Enchaînant avec le trafic de drogue, il dit espérer que le Premier ministre a pris la pleine mesure de « l’indignation générale » à travers l’île après tout ce qui a été « déballé tout au long de la semaine devant la Commission d’enquête sur la drogue ». D’autant plus que Me Raouf Gulbul contre qui de graves allégations ont été formulées demeure en fonction à la tête de la Gaming Regulatory Authority (GRA) et de la Law Reform Commission (LRC) et est encore l’avocat personnel de Pravind Jugnauth, fait-il remarquer.
Paul Bérenger dit espérer que le Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry, « aura la décence de démissionner » maintenant que son nom a été cité devant la Commission Lam Shang Leen. Pour lui, le nombre d’unsollicited visits alléguées de Me Teeluckdharry à des condamnés pour trafic de drogue en prison est révoltant. Le leader du MMM considère d’autant plus « choquant que l’élu MSM se soit permis d’insulter la Commission d’enquête qui est présidée par un ancien juge de la Cour suprême » en alléguant que le travail de celle-ci n’aura été qu’un exercice de mudslinging. Paul Bérenger déclare, dans ce contexte, qu’il attendra pour voir jusqu’à quand Pravind Jugnauth qu’il juge, à nouveau, d’être un hypocrite tolérera de tels écarts de langage.