Le culturisme mauricien aura été particulièrement à l’honneur lors du concours Mr océan Indien doté du Grand Prix Eric Favre Classic et celui de Miss Bikini océan Indien organisés au gymnase Malabar à Rodrigues. Sur les quatorze titres en jeu, nos représentants se sont retrouvés sur la plus haute marche du podium en dix occasions, avec en prime le sacre de Jimmy Raynald et de Zohra Ellapen. De retour au pays, ils ont fait part de leur satisfaction et de leurs attentes au cours d’un point de presse tenu hier matin en présence des dirigeants de la New Body Building Federation (NBBF).
Pour Jimmy Raynald qui a connu un mois de novembre faste avec également la consécration au concours Mr Mauritius, un rêve s’est réalisé. « Depuis l’âge de douze ans, je voulais atteindre cet objectif. J’ai pu l’atteindre après quatre années de préparation ». Ce sacre au Grand Prix Eric Favre Classic lui a ouvert les portes d’une participation à un concours international au Canada en juillet de l’année prochaine. Double consécration également pour Zohra Ellapen qui a connu deux années de pratique avant de s’attaquer à ces concours Miss Bikini. « Ce n’était guère aisé avec des hauts et des bas. Il a fallu savoir se relever ». Qualfiée de son côté pour une compétition internationale en France, elle espère y vivre « une expérience enrichissante ».
Quant au vétéran du groupe, à savoir Ludovic Jean, auréolé chez les Masters +60 ans, il souligne toujours vivre de sa passion pour cette discipline. « Le culturisme, c’est toute ma vie. Je m’y suis consacré pendant quarante années de ma vie. Même si la NBBF m’a donné ma valeur, il n’en demeure pas moins que le culturisme demeure un des parents pauvres du sport mauricien. Je lance donc un cri du coeur pour un soutien plus accru ». Si Raj Hurry, vainqueur chez les -70 kg, s’est dit heureux d’avoir pu effectuer un retour au premier plan, Sandiren Ramsamy, lauréat des -80 kg avance de son côté avoir vécu à fond sa première expérience internationale. « Quand je me suis retrouvé sur le podium, j’étais très ému et j’avais les larmes aux yeux. Cette compétition nous a aussi permis de mieux nous connaître ».
Culturiste prometteur, Jeremie Genave qui s’est retrouvé à la première place chez les -85 kg a mis en avant les sacrifices à être encourus pour parvenir au plus haut niveau. D’où son appel aux autorités concernées. « Nous sommes tous guidés par l’amour de cette discipline. Si nous obtenons le soutien voulu, il demeure évident que nous ne pourrons que progresser davantage ». De leur côté, Jason Ungnoo et Christopher Empeigne ont obtenu le premier accessit chez les -75 kg et -90 kg respectivement. Le premier nommé soutient avoir vécu une expérience intéressante après rien qu’une année de pratique, tandis que Christopher Empeinge s’est dit heureux d’avoir pu relever ce défi. « À travers les difficultés, nous avons l’occasion d’apprendre et de remonter la pente. Chaque compétition apporte un nouveau défi ». Pour rappel, les autres vainqueurs dans le camp mauricien ont été Risley Coomerasamy (juniors -21 ans), Denis Ayen (+95 kg), Michael Gérie (+40 ans) et André Prosper (+50 ans).
Si les deux sorties internationales permettront à Jimmy Raynald et Zohra Ellapen de s’exprimer à un autre niveau, les autres culturistes auront à coeur de briller afin d’obtenir leur visa pour le prochain concours Mr océan Indien prévu aux Seychelles. Président de la NBBF, Richard Albert soutient dans cette optique que le calendrier 2016 sera étoffé avec la tenue de huit compétitions régionales et deux au niveau national. Il est à noter que cette fédération compte un nouveau PRO en la personne de Nundkishore Fakun qui s’est intéressé à cette discipline depuis 68 et qui a été président de la fédération mauricienne d’haltérophilie. « C’est un retour à ma première passion et je ferais de mon mieux afin que le culturisme mauricien soit mieux reconnu au niveau national et international », a-t-il laissé entendre.