DIPLOMATIE: Une délégation japonaise en mission de prospection à Maurice 

Une forte délégation japonaise composée de dirigeants d’organismes publics et de grandes enseignes japonaises est actuellement en mission de prospection à Maurice. Les représentants japonais ont eu une session de travail au ministère des Affaires étrangères, hier, pour discuter des nouvelles opportunités d’échanges qui s’offrent aux deux pays.
Le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, a invité les investisseurs japonais à considérer les possibilités d’investissement à Maurice ainsi qu’en Afrique en utilisant Maurice comme un tremplin stratégique.
Les entreprises japonaises pourraient s’implanter dans le port franc pour entreprendre des activités de transformation mineures de leurs produits et les réexporter dans des conditions favorables vers les marchés régionaux de la SADC et du COMESA, notamment.
Les investisseurs japonais ont été invités à participer aux projets mauriciens de zone économique spéciale (ZES) dans des pays africains, dont au Ghana, au Sénégal, en Côte d’Ivoire et à Madagascar. Ils pourront, ainsi, prendre avantage des mesures incitatives et autres facilités qui sont disponibles aux opérateurs dans le cadre des arrangements gouvernement à gouvernement (G2G), dont des véhicules financiers spéciaux assortis d’attraits fiscaux et de couverture de risque exceptionnels.
Ce modèle, comme l’a fait ressortir Vishnu Lutchmeenaraidoo, bénéficie du soutien d’institutions telles que la Banque mondiale, le FMI, la Banque africaine de développement et autres agences financières et de développement internationales et régionales.
« Ce modèle intéresse beaucoup les investisseurs indiens et chinois. Je suis persuadé que les opérateurs japonais profiteront de ces facilités pour investir en Afrique », a affirmé le ministre. Il a aussi indiqué que les projets japonais en Afrique pourront faire partie d’une coopération triangulaire et figurer à l’agenda des commissions mixtes avec des pays africains pairs.
Les entreprises qui font partie de la mission de prospection s’intéressent, par ailleurs, à plusieurs grands projets d’infrastructure, dont le port.
Le ministre Lutchmeenaraidoo leur a présenté le projet de développement portuaire avec de nouvelles facilités : marina, port de pêche, nouveau terminal pour les bateaux de croisières, les nouveaux dispositifs de manutention de marchandise et un nouveau port franc à Riche-Terre, entre autres. L’objectif est de faire de Port-Louis un hub maritime régional dans les prochaines années.
Les constructeurs japonais spécialisés dans l’infrastructure maritime ont montré un grand intérêt pour participer à ce vaste chantier.
La cheffe de la délégation japonaise, Kazuko Ishigaki, Director for Planning for Construction Industry, International Policy Division, Policy Bureau au sein du ministère japonais des Terres, de l’Infrastructure, du Transport et du Tourisme, estime de son côté que les perspectives de coopération sont brillantes. Elle est d’avis que Maurice possède tous les atouts pour jouer un rôle de pont stratégique sur le plan de l’investissement global et du commerce pour relier l’Afrique à l’Inde, une grande partie de l’Asie et la Japon.
La coopération entre le Japon et Maurice date de nombreuses années. Le Japon à travers le JICA a financé plusieurs projets à Maurice dont le port de pêche et le centre de recherche d’Albion. Les entreprises japonaises ont été les pionnières à Maurice en ce qui concerne le développement de la pêche et ont été les premières à investir dans les usines spécialisées dans la mise en boîte du thon à Maurice.
Par ailleurs, le Japon devrait disposer prochainement d’une ambassade à Maurice.