DROGUES ET VIH/SIDA : La guerre n’est pas finie

Il était attendu que la visite d’Anil Gayan chez PILS, vendredi dernier, contribue à remettre les compteurs à zéro afin que le ministère de la Santé et les ONG puissent avancer dans un esprit de partenariat, essentiel pour affronter la complexité de la situation qui découle des drogues et du VIH/Sida. Mais après une heure de franche discussion, il faut constater que ce qu’Anil Gayan a appelé “la guerre” ne peut être déclaré finie et qu’il ne serait peut-être même pas avisé d’enterrer la hache…
Après des mois de tension provoquée par les changements décidés par le ministère sur la méthadone et l’échange de seringues, PILS espérait qu’un face-à-face dans ses locaux permettrait de rétablir le dialogue et le partage des opinions. Face à des insinuations complexes balancées par Anil Gayan, l’association a aussi ouvert son plan stratégique et son livre de comptes pour dissiper les flous qui pouvaient exister.
À table, le ministre de la Santé a écouté. Mais la teneur de sa réponse n’était peut-être pas ce qui était attendu. “Je ne suis pas là pour faire le procès de qui que ce soit”, a-t-il tenu à faire ressortir. Mais le ton était plus au règlement de comptes qu’au dialogue. Anil Gayan l’a ainsi expliqué : il est venu chez PILS parce qu’il était mécontent des propos tenus à son égard par les ONG lors d’une conférence de presse dénonçant les nouvelles mesures préconisées par le ministère. Les travailleurs sociaux avaient critiqué la Santé pour avoir pris des décisions ne correspondant pas aux besoins du terrain et pour le refus du ministère de les considérer comme des partenaires. “Nous ne sommes pas en guerre contre les ONG, mais il semblerait que les ONG aient déclaré la guerre contre le ministère, et surtout le ministre”, a déclaré Anil Gayan. Voilà donc comment le ministre a pris la chose lorsque de pressants appels lui ont été lancés de revoir sa décision qui, sur le terrain, continue à causer plus de mal que de bien.
Plusieurs critiques ont été lancées par le ministre à l’égard des ONG, lors de cette rencontre chez PILS. Parmi, son affirmation à l’effet que “le programme de la méthadone n’a pas marché parce que les ONG n’ont pas joué le jeu dans leur rôle d’accompagnement psychosocial. Quand je dis ça, je suis méchant”. Or, quiconque aura suivi ce dossier sait que, depuis 2006, la société civile n’a cessé de réclamer des autorités gouvernementales qu’elles mettent sur pied la partie marquante du programme de méthadone. À savoir un système plus efficace pour l’accompagnement psychosocial et un vrai programme de réinsertion. Chose qui n’a pas été faite. Il est ironique qu’Anil Gayan vienne aujourd’hui jeter le blâme sur les ONG pour justifier sa décision de mettre un terme à ce programme, qui méritait d’être renforcé pour devenir plus efficace. Et tandis que les ONG militent pour le maintien du programme, Anil Gayan leur demande d’aller sur le terrain pour décourager les usagers de choisir cette option.
Du côté de PILS, il n’y a pas eu de véritables réponses sur les points mis en avant par Anil Gayan. L’association a préféré saisir la perche pour un nouveau départ. Mais de nombreuses questions essentielles restent en suspens, et le dialogue sur les dossiers qui opposent les deux parties n’a toujours pas eu lieu. Pas sûr que vendredi dernier, Anil Gayan était en état de discuter et de partager les idées. Il ne semblait pas être venu chez PILS avec cet objectif.
Dans le milieu, les mêmes questions et les mêmes divergences demeurent. Certaines inquiétudes sont même renforcées devant l’obstination d’un homme qui ne veut rien entendre. Raison pour laquelle, malgré ses affirmations, la guerre n’est pas finie.

THE VOICE KIDS : Des éloges pour la voix de la Mauricienne Jane Constance
S’il y a une candidate qui a impressionné lors des auditions à l’aveugle du vendredi 25 septembre de la deuxième saison de The Voice Kids, c’est bien la Mauricienne Jane Constance, 15 ans. Sa voix à la fois suave, profonde et envoûtante n’a laissé personne insensible sur le plateau de l’émission.
Après sa bouleversante prestation sur le titre The Prayer de Céline Dion et Andrea Bocelli, la jeune chanteuse a été chaudement applaudie par le public et félicitée par les trois coaches, Patrick Fiori, Louis Bertignac et Jenifer Bartoli. Jane Constance fait partie des rares participantes à avoir fait l’unanimité du jury ce soir-là.
Les larmes aux yeux lors de la prestation de Jane Constance, Patrick Fiori a tenu à la rejoindre sur scène pour saluer son courage de s’être attaquée à un gros morceau et lui dire à quel point elle l’avait ému. Étant le coach préféré de Jane Constance, Patrick Fiori a été choisi par cette dernière pour continuer l’aventure dans son équipe. La semaine prochaine, place aux battles, au cours desquelles Jane Constance devra se battre sur scène pour conserver sa place dans l’émission.
Avec cette participation à The Voice Kids 2015, Jane Constance vient confirmer son talent de chanteuse. Aveugle de naissance, la jeune fille s’est fait connaître du public lors d’une émission télévisée où elle a chanté un duo avec Dave Marimootoo, finaliste de la Nouvelle Star. En décembre 2014, elle a donné un concert unique à l’UNESCO à Paris. En août de cette année, c’est aux côtés de Luan Pommier, jeune Guadeloupéenne de 15 ans, également malvoyante, qu’elle s’est produite sur la scène de l’auditorium Octave Wiehe à Réduit.

7 & 8 NOVEMBRE : Kaz’Out pour tous les goûts
Au total, une vingtaine de concerts en deux jours sur les quatre scènes que proposera le Kaz’Out Muzik Festival dans les jardins du Château de Labourdonnais, le samedi 7 et le dimanche 8 novembre. Au programme, lors de la première journée : Baster (La Réunion), La Foule, Che Sudaka (Espagne), Sébastien Margeot Project et Apka (Rodrigues). Aussi prévu, un sound system réunissant Creamcracker et Natty Gong, DJ I’LL Mo, Makadam Phylozophy, JP Bucket et Rafiki. Le lendemain, la programmation comprendra The Prophecy, Lespri Ravann, Maron’er, Crossbreed Supersoul, Zanzak, The Clarisse Sisters, Black Ice et The Believers.
Selon le concept imaginé par Lively Up, cette deuxième édition du Kaz’Out Muzik Festival encouragera aussi les jams et les créations artistiques en général. Une belle occasion de détente et de découverte dans une ambiance familiale. Dimanche, à la mi-journée, les amateurs de cuisine traditionnelle seront servis dans l’espace qui y sera dédié.
Jusqu’au 10 octobre, le billet est en vente promotionnelle sur le Rézo Otayo à Rs 500 pour un jour et Rs 850 pour les deux jours. Il sera ensuite en prévente à Rs 650 pour un jour et Rs 1,000 pour les deux jours. Lors de l’événement, il coûtera Rs 750 à la porte.

À L’IFM, LE 30 SEPTEMBRE : Ananda Devi et Carl de Souza dialoguent
Ananda Devi est à l’Institut Français de Maurice (IFM), ce mercredi 30 septembre à 18h. Elle présentera son quinzième ouvrage, L’ambassadeur triste. Un recueil de onze nouvelles, dont l’histoire d’une romancière occidentale qui s’attache à un petit mendiant sale et pustuleux; celle de trois riches Américaines parties en Inde se consacrer à la charité; la solitude d’une femme de maharaja; les mésaventures d’un écrivain couvert de ridicule par une journaliste…
On retrouve dans ce recueil de onze nouvelles les grandes thématiques d’Ananda Devi, telles que la place des femmes dans la société, la critique du regard occidental sur l’Inde, la présence du fantastique dans le quotidien ou le choc entre tradition et modernité. Ananda Devi développe dans chacun de ces récits des univers violents et sensuels. Des nouvelles empreintes d’une ironie féroce.
La présentation sera suivie par une lecture de quelques passages du roman En chute libre de Carl de Souza, et par un dialogue entre les deux auteurs. La conversation entre écrivains et l’interaction proposée est l’occasion pour l’audience de poser un nouveau regard sur la réflexion, le partage, la proximité avec l’auteur et ses personnages.

Douze peintres à la maison Eurêka
De retour à Maurice pour quelques semaines, l’artiste mauricienne établie à Dubaï, Zaahirah Muthy, organise au nom de sa société, ZeeArts Community, un après-midi live painting, à la maison Eurêka à Moka, le samedi 3 octobre. Douze artistes mauriciens, dont Gilberte Marimootoo et Seevany Appadoo, peindront en live, de 14h à 17h. L’événement, placé sous le thème Diversity and Connectivity, invite le public et les artistes à être en osmose avec la nature.

POUR LES PROFESSIONNELS DE LA COMMUNICATION ET DES MÉDIAS : Cristal Océan Indien, le 9 octobre
Le vendredi 9 octobre à Sofitel L’Impérial, Flic en Flac, se tiendra le premier Cristal Océan Indien, powered by African Cristal Festival. L’événement regroupera les CEO d’entreprises, les directeurs de marketing et de communication, les agences de communication et les étudiants en marketing et communication. Ces derniers pourront assister à cinq conférences données par des speakers internationaux et être en contact avec les dernières tendances de communication dans le monde. Un événement soutenu par l’Association of Communication Agencies of Mauritius (ACA), qui explique son partenariat : “L’ACA s’associe avec un organisme de renommée internationale afin de professionnaliser d’avantage ce type d’événement dans lequel elle croit profondément. Le Cristal Océan indien est une fenêtre sur l’Afrique pour le secteur mauricien de la communication. L’ACA est convaincu du potentiel du secteur mauricien de la communication au niveau africain.”

3 OCTOBRE : MTV Bollyland au Château de Labourdonnais
Ce samedi 3 octobre, le Château de Labourdonnais de Mapou sera envahi par des stars indiennes venues spécialement pour le MTV Bollyland. La sulfureuse chanteuse indienne Neha Kakkar, le jeune prodige du Hindi/R&B Arjun et deux des meilleurs DJ indiens, DJ Harsh et DJ Chetas, animeront cette soirée dès 21h. Des rythmes endiablés de Bollywood et des groove de la musique electro seront au programme de cet événement de Desi Beats, soutenu par les chaînes de télévision MTV India et Viacom.
Deux catégories de tickets sont disponibles : les billets normaux à Rs 900 et les places VIP à Rs 1,600. Réservation : 57-03-05-88.

DOMBEYA MUSIC FESTIVAL : Trois jours de live music à Mahébourg
Le festival Dombeya de Mouv est annoncé pour les 30 et 31 octobre et le 1er novembre, de 18h à minuit. L’événement, qui se déroulera à Mahébourg, accueillera 4 scènes, 26 artistes et des styles de musiques variés. Durant les trois premiers jours du festival, le public aura l’occasion de voir défiler sur scène une palette de talents locaux. Parmi les têtes d’affiche, on note la présence de Zulu, Ras Natty Baby, Menwar, Blakkayo, The Prophecy. Le lundi 2 novembre étant férié, Mouv prévoit un après-midi plage, musique et famille à Blue Bay. Au programme ce jour-là : paddle race, sound system et open stage.
Les entrées pour les trois jours de Dombeya sont déjà disponibles en prévente via le système de réservation Otayo à Rs 800, avec des réductions pour les moins de 20 ans.

CLUBBING : L’Anglais Dj Subz à l’Altitude Private Club
LD Events présente One night in England avec le DJ anglais Dj Subz, le samedi 3 octobre à l’Altitude Private Club à Ébène. La soirée démarrera à 22h avec les DJ mauriciens Nick Farell, Jerry Anna et Mac Bryson. Billets à Rs 250. Info : 59-61-42-20 ou 58-24-03-28.

PARC MARIN DE BLUE BAY : La Platform Moris Lanvironman inquiet du sort du site Ramsar
En raison des pressions qui sont exercées sur le parc marin de Blue Bay, notamment avec le projet Le Chaland, la Platform Moris Lanvironman a émis un communiqué de presse dans lequel elle expose ses craintes pour ce site Ramsar. Elle souligne qu’une meilleure gestion est nécessaire afin de limiter la dégradation du site. Elle demande aux autorités de rendre public le Blue Bay Marine Park Management Plan (2012) et toute autre étude menée sur le parc marin et aussi tous les résultats détaillés et complets des monitorings effectués ces dernières années s’agissant de la qualité de l’eau et de l’évolution de la sensibilité des écosystèmes du parc marin, entre autres. En outre, concernant le projet Le Chaland, la Platform demande aux autorités de veiller étroitement au respect des conditions, dans l’éventualité que ce projet aille de l’avant.

Du 1ER AU 4 OCTOBRE : 22e édition du salon Infotech
La 22e édition du salon Infotech se tiendra du jeudi 1er au dimanche 4 octobre au swami Vivekananda International Convention Centre à Pailles. Organisé par le National Computer Board, sous la tutelle du ministère de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation, le salon comprendra une quarantaine d’exposants et comportera une exposition ICT, un espace dédié à l’innovation, un coin career guidance, un job fair et une gaming zone. L’entrée est gratuite.

ÉDUCATION : Présentation de la Nine Year Continuous Basic Education à Rodrigues
Dans le cadre de la Nine Year Continuous Basic Education, la ministre de l’Éducation et des Ressources humaines, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mme Leela Devi Dookun-Luchoomun, s’envolera pour Rodrigues, accompagnée d’une délégation, pour la présentation du projet. Il est prévu que la ministre quitte le pays dans la soirée du mercredi 30 septembre pour rencontrer le Chef commissaire Serge Clair et ses adjoints, le lendemain matin. La délégation rencontrera ensuite le Minority Leader, avant de s’entretenir, au courant de l’après-midi, avec les partenaires de l’éducation à Mont Plaisir Cultural & Leisure Centre pour une session interactive.

Commentaires

A propos de PARC MARIN DE BLUE BAY et le projet d'hôtel - ce que vous écrivez n'est pas tout à fait ce qu'écrit le communiqué de la Platform Moris Lanvironnman (consultable sur sa page Facebook - Plateforme Maurice Environnement):
"Sur la question spécifique des enjeux environnementaux du Le Chaland Resort Hotel pour le parc marin de Blue Bay, PML a recueilli l’avis de scientifiques. L’hôtel du Chaland jouxte le parc marin en raison de l’application d’une zone tampon de 100m de la ligne de haute marée, incluant un green belt de 50 m de profondeur. Il en est ressorti que le risque d’impact négatif sur le parc marin serait très faible. Toutefois, ce niveau de risque étant dépendant du respect des conditions du permis EIA octroyé au promoteur, PML demande aux autorités de veiller étroitement au respect de ces conditions dans l’éventualité que ce projet aille de l’avant. Sont aussi essentiels : un suivi sur les impacts (soit un monitoring régulier avant, pendant et post construction et postes de monitoring supplémentaires dans le parc marin si nécessaire) et des mesures correctives si besoin est."

Le "notamment" de votre texte induit le lecteur en erreur car le parc marin subit déjà d'énormes pressions de plusieurs sources alors que l'hôtel en projet se situe en dehors des zones de conservation strictes du parc marin.